Le suicide

Le suicide

Mais nous sommes incapables de savoir qui sont nos voisins. A peine si on leur dit bonjour, surtout dans les villes. Encore à la campagne, on peut dire qu’il y a de la communication, qu’on parle plus entre voisins. Mais en ville, si quelqu’un ne prend pas l’initiative de commencer, personne ne se parle… et malheureusement le manque d’initiative est souvent le cas.

Je parle de ça avec d’autant plus de facilité que j’ai fait une tentative de suicide il y a déjà pas mal d’années.

J’habitais à Strasbourg à cette époque, j’avais déménagé pour le boulot (seule et unique fois que ça m’était arrivé…), je pensais aussi refaire ma vie plus sainement, plus joyeusement, faire connaissance, oublier mes problèmes… Je ne savais pas à l’époque que nous portons nos problèmes en nous et que quelque soit notre destination, nous aurons toujours ces problèmes là comme fardeaux jusqu’à ce qu’on décide de s’en débarrasser.

Qu’est ce qu’une tentative de suicide ? 

Dans mon cas, ce fut une prise de médicament. Je n’ai jamais eu peur de la mort mais toujours eu très peur de souffrir. Or, le risque que je supposais avec les médicaments était que si ça ratait, je souffre soit à cause de la prise elle-même, soit à cause d’une arrivée à l’hosto, lavage d’estomac ou opération quelconque…

Or le soir où c’est arrivé, j’étais vraiment très mal… Le boulot me gavait grave, je m’étais fait plaquer par une nana dont je croyais être amoureux… je ne connaissais pas encore le concept de : »Il vaut mieux être seul que mal accompagné »…

Mais ce qu’il y avait de plus profond bien-sûr, c’est mon enfance qui revenait, insistante mais inconsciente dans tous les actes ou non-actes de la journée… tout ce que j’osais… ou pas… le fait de ne pas savoir ce que mon existence avait de si important…

Toutes ces questions que l’on se pose et auxquelles il est si difficile de répondre parfois (souvent !) : Qui suis-je ? Où vais-je ? Dans quelle étagère ? (A non, dans quel état j’erre ? )…

Enfin bref, ce soir là, mon état était tel que je ne me suis pas posé beaucoup de question, j’ai réuni tous les médicaments dont je disposais, je les ai tous ouverts et mis dans un plat histoire d’en faire un maelström, (pas dans le plat, dans mon estomac…)

Puis je les ai pris un par un… avec de l’eau je crois, même pas avec de l’alcool… j’étais à jeun…

Ensuite ?

Ensuite, il y a un mélange entre ce que je me suis souvenu de suite, ce qu’on m’a raconté puis ce qui est remonté de mes souvenirs après coup…

0 pensées sur “Le suicide”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *