Vous n’aurez pas de bonne nouvelle année !!

happy new year

Je ne vous ai pas encore souhaité vos voeux… mais je ne m’en veux pas !! ;-)  

C’est une tradition, chaque début d’année, on se souhaite « bonne année, bonne santé ».

A quoi ça sert ?

Comme beaucoup de choses, ce n’est devenu qu’une formule de politesse, une façon de commencer une conversation mais qu’en fin de compte peu de personnes prennent au sérieux.

De toute façon, dans 99 % des cas l’année qui arrive sera de la même qualité que l’année écoulée. Et pour 0.5 %, vous allez avoir des accidents, des maladies, divorcer, perdre votre boulot, mourir… et j’en passe.

Et les 0.5% qui reste alors ???

Ceux-ci auront des choses positives. Et même en apparence alors que vous serez peut-être tombé malade ou que aurez eu un accident, ce sera quelque chose de positif à l’image de ce qu’écrit ce blogueur que j’ai découvert hier. C’est provocant, hors des sentiers battus mais tellement vrai quelque part…

Mais surtout ceux qui auront quelque chose de positif auront fait un choix.

Le choix de changer quelque chose dans leur vie.

Je ne parle pas d’une « résolution » de fin d’année, quand on a bu une moitié de bouteille de whisky et qu’on aura oublié deux jours plus tard. Je parle d’une vraie décision, d’un vrai choix.

Alors quel choix allez vous faire et tenir ? Si vous passez par ici, c’est peut-être que vous n’allez pas bien et que vous recherchez du soutien. Et si je peux vous inciter à aller voir un psy, si ce n’est pas déjà le cas c’est formidable. Croyez moi, aller voir un psy n’est pas une honte, ça fait partie du travail que l’on doit faire sur soi pour changer et aller mieux. Je ne vais pas rentrer dans les détails, lisez ou relisez cet articlecelui-ci, et puis peut-être celui-là pour vous montrer ce que je pense des psys et du changement.

Mais si vous avez en plus besoin d’un soutien, mes articles sont là, je suis là alors n’hésitez pas à rentrer en contact avec ma fiche de contact.

Mais si vous ne passez que par hasard et que tout va bien ? Dites moi ce que vous avez décidé de changer dans votre vie.

Vous désirez gagner plus d’argent ? Etre plus heureux ? Etre mieux en famille ? Avec vos enfants ? Changer de travail ? Créer son entreprise ?

Dites le moi dans les commentaires !

Car après tout, je suis sûr que je peux aussi vous aider.

Dans tous les cas, ce n’est que par une décision que vous y arriverez.

Mais aussi quand même par de l’action. Naturellement.

Si vous désirez gagner un petit peu d’argent, ou plus, ou changer de métier, ou créer votre entreprise, je vais vous faire la liste de ce que je fais et qui marche. Parfois ce n’est que de l’argent de poche (mais c’est toujours bon à prendre) et parfois c’est la construction d’une véritable entreprise à laquelle je vous invite. A vous de choisir, vous pouvez même tout prendre à condition bien sûr qu’après avoir pris la décision… vous agissiez !!

Pour les ambitieux : 

Je vous propose de l’affiliation.

L’affiliation, c’est le fait de toucher une commission sur des produits que vous aurez promotionné d’une façon ou d’une autre (Blogs, sites, mails, réseaux sociaux…)

Pour ce type de produits, ça demande du travail. Bien évidemment. Car il faut créer un blog, ou un site, ou/et des lettres de promotions bien faites, ou/et des textes pour vos réseaux sociaux préférés.

Mais en récompense de ce travail fournit, vous pourrez toucher entre 5 et 80% de commission selon le type de produit. Et même jusqu’à 100% dans certaines conditions.

Cliquez sur les bannières (ça ne mord pas !) et visitez les sites, renseignez-vous et prenez une décision… Oui ou non… hé hé

 

 

bannière Christian h godefroy2

 

 

 

 

Cette dernière bannière vous sera utile si vous voulez mettre de la pub sur votre blog ou votre site.

bidvertiser

 

Bien entendu, si vous avez besoin d’un conseil, d’un renseignement, de vous former, ou tout autre chose, n’hésitez pas à demander, je suis  !! 

Pour les petits joueurs ;-) (j’en fais partie…)

Ensuite, il y a les mails rémunérés. 

En quoi ça consiste ? Une fois inscrit sur les sites que je vous propose, vous recevrez, à raison d’un à 5 mails par jour selon les sites et les jours, des mails de publicités. Vous les ouvrez et vous recevrez quelques centimes.

Mais ce n’est pas tout ! Dans certains mails on vous demandera de renseigner des formulaires, de répondre à des sondages etc… faites le et vos commissions seront plus fortes encore.

Mais ce n’est pas tout ! Si vous avez l’habitude d’acheter sur le net, ces sites proposent du « cash-back ». C’est à dire un petit pourcentage de votre achat remboursé sur votre compte.

Ne vous attendez pas à des fortunes certes mais un peu d’agent de poche vite gagné ne fait pas de mal. Ça peut prendre entre (avec les trois sites ci-dessous) 10 secondes et 30 mn par jour selon ce que vous aurez à faire…

 

 

moneymillionaire

 

 

milimel

 

 

 

 

Pour les GROS joueurs !!

 

La, ce sont de véritable jeux. Le premier, my lands, est le premier dans sa catégorie à reverser de l’argent en vrai. D’ailleurs je vous ai mis en encart la somme qui, à ce jour, a été reversé aux joueurs. Pareil, ce sera peut-être plus le goût du jeu qui vous animera que l’appât du gain mais encore une fois, de l’argent de poche…

 

 

my land

 

myland 2

Avec ce dernier jeu vous ne gagnez pas d’argent mais des cadeaux. Mais ça peut-être intéressant. Le plus petit des cadeaux proposé est une nitendo 3DS. Le plus gros est une porsche… Je vous laisse seul juge de l’appât que ça représente lol, à ma connaissance personne ne l’a gagné ;-)

Mais j’aime bien ce jeu… je ne sais pas pourquoi…

 

coin-pusher

 

Bon… et parce que je ne suis pas un goujat !!!

 

bonne-annee-2013

La procrastination

Bonjour,

Me revoilà au bout d’une longue semaine alors que je voulais m’astreindre à un article par jour… D’abord les excuses : j’avais mes enfants pendant cette semaine, ensuite ma thérapeute m’a dit : “vous devriez, si vous voulez aller mieux, ne pas essayer de lire ce livre (Imparfaits, libres et heureux : qu’elle ne connait pas) car ça va vous mettre trop à la recherche de “vous même”.

Ce ne sont pas ces mots et je ne suis pas sur de réussir à bien interpréter ce qu’elle m’a dit mais en tous les cas je devrais pour l’instant laisser tomber la lecture de ce livre tant que ma dépression n’est pas “guérit”.

Hors je ne l’ai en effet pas touché pendant cette semaine et quoi ? … Ben rien ! Rien de mieux ni rien de pire… Il n’y a pas à lui en vouloir puisqu’elle ne connait pas la teneur du livre même si j’ai essayé de le lui dire. Mais j’ai donc décidé (puisque je n’avais plus d’excuse 😉 de reprendre mes articles et de vous les faire partager.

Ensuite pour ce qui est des vraies raisons… c’est plutôt une forme de procrastination (remettre au lendemain ce que l’on pourrait faire aujourd’hui). Tout ceux qui essayent dans ce bas monde de construire quelque chose et qui n’y parviennent pas en sont plus ou moins victimes…

Qu’ils le sachent ou non.

Je vais vous mettre un lien d’un audio que je trouve absolument parfait pour ce genre de “défaut”. Ça ne me rapporte rien de le faire juste d’avoir la satisfaction, peut-être de me dire qu’il peut surement aider quelqu’un… :

La procrastination.

Il vous suffit de vous inscrire et vous aurez le plaisir de pouvoir l’écouter…

Le suicide 3. Ai-je sauvé quelqu’un ? (Dernière partie)

Le suicide

Donc ce 23 décembre, après avoir un peu discuté par msn, j’ai décidé de l’appeler.

ours

Le mot désespéré est à prendre au premier degré dans ces cas là. Ce qu’il y a de « bien » dans cette situation, c’est que j’ai vécu ces moments là, j’ai eu aussi cet état d’esprit et j’ai aussi eu envie de mourir. De ce fait on sait ce qu’on peut dire mais surtout ce qu’il ne sert à rien de dire.

Donc j’ai déjà commencé par la faire parler. De ces peurs, de ces raisons, de ce qui lui passait par la tête. Elle n’avait pas très envie de parler… et moi non plus. En fait le jour là, j’étais en pleine crise d’angoisse lié à des petits problèmes comme on peut tous en avoir. J’ai donc dû faire un effort sur moi-même pour ne pas laisser tarir la discussion.

Ensuite, je lui ai donné mon opinion sur le suicide. Pour moi chacun est libre de faire de sa vie ce qu’il en veut… Et donc de mourir si ça lui parait le mieux. Mais avait elle pensé à son enfant ? Bien-sûr la réponse qui a fusé et que j’attendais, était qu’il serait mieux sans elle. C’est toujours ça que l’on pense. La famille, les amis, les enfants seront tellement mieux sans nous !

Mais il va souffrir ? Oui bien sûr mais il souffrira moins sans moi…

Enfin bref, toute cette discussion n’a pas pour but de lui faire prendre conscience d’ambler que son geste ne serait pas le bon. Ce genre de discussion permet de distiller dans son esprit de petits « doutes », de petites « prises de conscience » pour plus tard…

J’ai donc alterné écoute et « conseils ». Toujours dans le but que ça serve pour plus tard. Inutile ne menacer la personne que vous avez en face de vous (ou au téléphone), inutile de lui prodiguer des conseils en pensant que ça va la faire réagir. Si elle réagit d’ailleurs, il y a deux cas de figures :

  • Soit elle n’est pas prête du tout à faire ce geste et en fait elle n’avait besoin que de parler. 
  • Soit elle vous dit : »Oui tu as raison, il ne faut pas que je le fasse » et ça c’est suspect, car ça pourrait vouloir dire qu’en fait, elle veut couper court à toute discussion prolongée pour… passer à l’acte…

Ce n’est pas toujours facile de distinguer l’avenir dans les paroles de l’autre… Heureusement je n’ai pas eu ce choix là… Nous avons continué à parler ainsi pendant plus d’une heure et demi. Je ne peux naturellement pas me remémorer de tous les détails. J’ai essayé de la faire réagir, lui donner un « electro-choc », la faire réfléchir mais toujours pour l’avenir pas pour le présent.

Je sais dans quel état d’esprit nous sommes quand nous sommes au plus bas de notre moral. Nous ne pensons plus qu’à cette douleur, pernicieuse, qui se passe dans le ventre comme si notre conscience se trouvait là ! Nous en avons marre de tout, marre de souffrir, marre de nous battre, marre d’avoir l’impression que tout ce que l’on fait est un échec, marre d’avoir l’impression que les gens autour de nous, que nous aimons, eux, se fichent de nous… Ou que nous leur faisons perdre du temps…

En plus est lié à ça toute une flopée d’émotions, les problèmes au quotidien : l’argent qui manque, le boulot qui ne nous plait pas ou que l’on a plus, les factures qui s’accumulent, les enfants que l’on a dû mal à gérer… Tous problèmes concrets mais dont on augmente l ’importance.

Une chose aussi que je lui ai demandé : comme voulait-elle se suicider ?

Elle m’a dit en voiture. Je lui ai dit qu’en voiture elle avait toute les chances de s’en sortir… tétraplégique. Autrement dit, elle aurait toute sa conscience et plus de corps pour faire quoique ce soit… Je lui ai d’ailleurs un peu décrit tout ce qui pouvait arriver avec certaines façon de se suicider… à la place de mourir…

Moi qui suis chrétien (mais pas elle),  je sais qu’il est délicat dans ce cas là de parler de Dieu. Pourtant je lui ai aussi expliqué que parfois, Dieu pour donner un message pouvait passer par des chemins quelques peu tortueux… et donc en effet la laisser vivante mais paralysée et libre de la faire réfléchir à son geste mais surtout au pourquoi elle voulait mourir.

Bref. Ai-je sauver quelqu’un ? Je n’en sais rien. Après ce coup de fil, j’ai téléphoné à un de ces numéros genre SOS suicide… pour demander conseils. Le monsieur que j’ai eu au bout du fil m’a fait décrire tout ce que j’avais pu dire ou faire. Il m’a signaler qu’il n’aurait pas mieux dit ni fait. J’avais donc à priori bien réagit.

Ai-je sauver quelqu’un ? En tous les cas, cette personne est toujours en vie, mal certes mais avec quelques idées noire en moins pour l’instant. Je lui ai dit qu’elle pouvait appeler quand elle voulait ce qu’elle fait… et moi aussi bien-sûr. Car il ne s’agit pas de s’occuper une fois d’une personne dépressif puis de laisser tomber. Au mieux il faut prendre de ces nouvelles tous les 3-4 jours, au pire, l’inciter à avoir un autre interlocuteur, qu’elle aille voir un psy si ce n’est pas déjà fait, qu’elle reste le moins possible seule.

Puis au final, si jamais elle fait le geste fatal. N’en soyez pas culpabilisé !! Ce ne sera pas votre faute. Ce sera sa seule décision. Et même si vous n’aviez rien fait, même si vous n’avez pas eu le temps, pas eu l’envie, que vous aviez d’autres chats à fouetter… Nous sommes tous pris par notre propre vie. A moins bien-sûr que vous soyez affublé d’un égoïsme démesuré et auquel cas, j’espère que ça pourra vous faire réfléchir, dans tous les autres cas, vous n’êtes coupable de rien…

«Le suicide !
Mais c’est la force de ceux qui n’en ont plus,
c’est l’espoir de ceux qui ne croient plus,
c’est le sublime courage des vaincus.»
[ Guy de Maupassant ]

Se suicider constitue la pire des ingratitudes.
Se suicider, c’est se reconnaître incapable d’assumer le cadeau de la vie.
[Bernard Werber]

A vous de choisir…

Le suicide 3. Ai-je sauvé quelqu’un ?

Le suicide.

Voici le troisième chapitre d’un sujet très dur à étudier. Le suicide.

ours

J’ai déjà écrit deux articles. Celui-là et celui-ci. Lisez les avant tout…

Quand je dis à étudier, je pourrais dire aussi à vivre. A la fin du dernier article, je vous disais que j’allais vous donner quelques conseils d’attitudes et de paroles à adopter lorsque l’on est confronté à un suicidaire. Je ne savais pas à l’époque que j’allais passé aux travaux pratiques.

Nous sommes le 23 décembre. Le matin. J’ai le son d’alerte de messenger qui bip. Ha ! quelqu’un veut me parler.

C’est une amie. Elle me dit qu’elle ne va pas bien, qu’elle n’est pas en forme. On discute comme ça pendant peut-être 20 minutes mais je n’avais pas vu de quoi m’inquiéter. Pour moi c’était juste une déprime passagère, ça allait s’arranger .

L’après midi vers 14h30, je reçois par Messenger un message étrange : « juste te dire que j’ai été heureuse de te connaitre”

J’ai tout de suite compris que quelque chose clochait. J’ai donc voulu en savoir plus. Elle n’allait pas bien du tout. Mon amie avait envie de suicider.

J’ai d’abord voulu comprendre si c’était juste des paroles ou bien si elle pouvait passer aux actes. Or je pense qu’elle en avait vraiment envie. Dans ces cas là, de toute façon, il n’y a pas 36 choses à faire. Pas la peine de lui dire : »ce n’est pas bien, il ne faut pas, regarde dehors le soleil brille, ça ira mieux demain… » ça ne sert à rien. La personne en face s’en fout. Elle souffre, d’une douleur …, au niveau du ventre, d’un mal être au niveau de l’esprit. Elle a l’impression que rien ne va, que tout ce qu’elle a entrepris dans sa vie est un échec, que les gens autour d’elle serait mieux sans elle, même ses enfants…

Pourtant il y a deux sortes de suicidaires. Il y a ceux qui le font sans rien dire à personne. Eux, véritablement, en ont plus qu’envie, n’ont plus la force du tout de continuer à vivre, n’ont pas la présence d’esprit de demander de l’aide même indirecte. Ça doit se faire un point c’est tout ! Et ils le font ! Et parfois ça marche.

Et puis il y a ceux qui demande de l’aide. Bien entendu, il n’en demande pas consciemment. Ils ne disent pas : »viens m’aider j’ai besoin de toi. » Mais ils laissent des mots, des sms, des mails ou téléphone. Pour, disent-ils, laisser leurs dernières instructions ou leurs explications. Pour dire au revoir…

En fait, tout ça, c’est probablement leur instinct de survie qui travaille inconsciemment. Car nous avons tous cet instinct de survie. Il ne faut pas croire,  il n’est pas si facile de mourir. Et tout ceux qui estiment que c’est de la lâcheté de se suicider devraient essayer de se coller un flingue sur la tempe et de tirer, ou de se passer une corde autour du cou… ce n’est pas si facile que ça…

Bon, ne le faite pas ce n’était qu’une allégorie bien-sûr…

A côté de ça, se battre dans les difficultés et malgré tout est bien entendu aussi une forme de courage… Ou pas… Ne serait-ce pas aussi cet instinct de survie qui serait plus présent pour ces personnes là ?

Bref, ayant une angine carabinée, j’ai le choix entre finir là et présenter cet article avec une suite ou le laisser comme un brouillon et le finir plus tard… Devinez ce que je choisis ??? ;-)

En attendant, prenez la peine de commencer ce livre là si vous êtes concerné par le suicide, vous y apprendrez beaucoup…