La prophétie des Andes

 

Je vous en ai déjà parlé (quand mon blog était complet… ) La prophétie des Andes est un livre que j’affectionne tout particulièrement parce qu’il parle de notre vie, de la raison de notre vie sur terre, de nos troubles, de nos erreurs et leurs raisons…

Dans les jours à venir, je vous parlerais de ce livre en détaillant chaque chapitre, chaque « révélation » en vous disant pourquoi je crois que l’auteur de ce petit roman a raison et en quoi cela pourrait vous aider dans votre vie quotidienne.

 

Quand on est fatigué de vivre.

Quand on est fatigué de vivre et que nos impressions nous trahissent.
Quand nous avons tant et tant de malheurs que nous ne savons plus comment faire.
Quand notre image nous parait si peu crédible, que tous les doutes s’immiscent.
Et qu’à chaque action, chaque « bêtise »  nous voudrions rentrer sous terre.

Lorsque nous avons l’impression que le regard des autres est porté sur nous
Avec tout le mépris dont peut-être capable un être humain
Alors  même que c’est juste sa mauvaise humeur qui se montre à nous
Nous sommes tant capable d’inventer nos ennemis, nos problèmes, nos petits riens.

Quand on est fatigué de vivre, que nous sommes épuisés de n’avoir rien fait.
Que nous sommes découragés, mortifiés, honteux et que l’on ne s’aime pas.
Rien ne peut changer, ni un sourire, ni une parole gentille, ni une fille qui plait.
Que l’on a mare de tout, de soi, des autres, du boulot, de soi, et encore de soi…

Quand on est fatigué de vivre et que l’on voudrait mourir.
Et que même penser à ceux qui nous aiment ne change rien à nos envies.
Quand on est fatigué de vivre et que l’on arrive plus à sourire
Que pleurer ne nous soulage même plus, ni manger, ni boire, on est sans vie…

Une chose peut encore nous sauver de ce geste fatal,
C’est de se dire : « attendons encore un peu »
Il y aura peut-être un truc, lui, elle ou Dieu.
Il y aura peut-être encore un espoir, même pâle…

Car ce ne sont que quelques secondes dont ont besoin ces désespérés de la vie
Quand on est fatigué de vivre, quelques secondes encore et l’on rit,
Quelques rayons de soleil en plus, un peu de chant d’oiseau, une voiture qui passe,
Un train au loin, un avion dans le ciel, et peut-être… le désespoir passe

La fatigue s’éloigne, la vie reprend même pâle, l’espoir renaît, un peu encore.
Quand on est fatigué de vivre……