Quand on est fatigué de vivre.

Quand on est fatigué de vivre et que nos impressions nous trahissent.
Quand nous avons tant et tant de malheurs que nous ne savons plus comment faire.
Quand notre image nous parait si peu crédible, que tous les doutes s’immiscent.
Et qu’à chaque action, chaque “bêtise”  nous voudrions rentrer sous terre.

Lorsque nous avons l’impression que le regard des autres est porté sur nous
Avec tout le mépris dont peut-être capable un être humain
Alors  même que c’est juste sa mauvaise humeur qui se montre à nous
Nous sommes tant capable d’inventer nos ennemis, nos problèmes, nos petits riens.

Quand on est fatigué de vivre, que nous sommes épuisés de n’avoir rien fait.
Que nous sommes découragés, mortifiés, honteux et que l’on ne s’aime pas.
Rien ne peut changer, ni un sourire, ni une parole gentille, ni une fille qui plait.
Que l’on a mare de tout, de soi, des autres, du boulot, de soi, et encore de soi…

Quand on est fatigué de vivre et que l’on voudrait mourir.
Et que même penser à ceux qui nous aiment ne change rien à nos envies.
Quand on est fatigué de vivre et que l’on arrive plus à sourire
Que pleurer ne nous soulage même plus, ni manger, ni boire, on est sans vie…

Une chose peut encore nous sauver de ce geste fatal,
C’est de se dire : “attendons encore un peu”
Il y aura peut-être un truc, lui, elle ou Dieu.
Il y aura peut-être encore un espoir, même pâle…

Car ce ne sont que quelques secondes dont ont besoin ces désespérés de la vie
Quand on est fatigué de vivre, quelques secondes encore et l’on rit,
Quelques rayons de soleil en plus, un peu de chant d’oiseau, une voiture qui passe,
Un train au loin, un avion dans le ciel, et peut-être… le désespoir passe

La fatigue s’éloigne, la vie reprend même pâle, l’espoir renaît, un peu encore.
Quand on est fatigué de vivre……

 

 

0 Replies to “Quand on est fatigué de vivre.”

  1. Votre texte est une merveille. J’ai eu l’impression que vous aviez dressé mon portrait. Mais jusqu’à quand, cette “fatigue de vivre” ? Depuis des années, je suis une funambule essayant encore et encore d’avancer sur cette corde raide qu’est devenue ma vie en portant mon sac à dos bourré d’emmerdes. J’aimerais tellement trucider cette souffrance que rien n’apaise. J’aimerais avoir le courage de tirer ma révérence, mais tout comme vous je me dis : “demain sera un autre jour”.
    Mais rien ne change, au final.
    Courage et merci d’avoir si bien exprimé ce qu’est la “fatigue de vivre”.

    1. Bonjour Françoise,

      Merci beaucoup de ce compliment qui me va droit au cœur. Ça m’a permis de le relire et je me dis parfois que ce ne doit pas être moi qui ai écrit ça 😉
      Pour ces sentiments de vague à l’âme que tu as… (ce que je vais dire est peut-être un peu osé…), mais ce n’est que ton choix.

      J’ai écrit ce texte parce que toute ma vie, j’avais cette impression que rien n’allait. Ni ma vie amoureuse, ni mes boulots, ni mes finances. J’avais l’impression que le monde allait de travers et que je le portais.
      Et un jour j’ai pris une décision…
      Une vrai, une difficile, mais qui a changé la vision de la Vie.
      Ça n’a pas (encore) changé mes finances.
      Ma vie amoureuse n’est pas toujours facile (mais depuis je me suis marié 😉 )
      Mes boulots sont souvent très pesants et ne me font toujours pas gagner ce que je veux.
      Le monde je trouve est encore pire qu’avant !
      Et pourtant je me sens beaucoup plus heureux qu’avant.
      Parce que j’ai pris la décision de l’être. Et en retour, je trouve que ma vie est beaucoup mieux qu’avant. Malgré ce que j’ai dit plus haut, Il y a beaucoup de choses qui ont changé en mieux dans ma vie. Juste grâce à cette décision. Et je continue. J’ai décidé que 2015 serait MON année…
      Prendre la décision d’être heureux, c’est prendre la décision de voir la vie du côté positif quelques soient ses emmerdes, quelque soit sa souffrance, quelque soit ce qui peut se passer dans sa vie.
      Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas des moments de doutes, de dépressions ou de déprimes. Mais ça dure beaucoup moins longtemps.
      Parce que dans ces cas là, je ne me bats pas, je me repose juste. Et je me dis que le lendemain, ça ira mieux. La plupart du temps, quand je déprime ou que sens revenir le dépression, c’est parce que je suis fatigué.
      Donc aucun intérêt de se battre. Autant lâché prise, se coucher, regarder un bon film histoire d’oublier. Et de voir demain !!

      Je sais, c’est osé de dire ça. Après tout je ne connais pas ta vie.
      Il ne faut jamais comparé sa vie à celle des autres car l’impression que l’on peut avoir de sa vie est souvent faussé et l’impression que l’on peut avoir de la vie des autres l’est tout autant… Pourtant, j’aime beaucoup regarder ce petit film et me demander ce que je ferais à sa place 🙂
      http://youtu.be/UjpCD926y20

      Que cette année soit l’année de LA décision !!!!
      Et si tu veux parler, je suis là. Téléphone, mail, skype… les moyens de communications n’ont jamais été aussi nombreux, profitons en !!

  2. Bonjour Dominique,
    Un texte qui exprime beaucoup de chose et qui est en lien avec mon livre à paraître : Ciao Bella. Si vous en êtes d’accord, j’aimerais le partager sur la page facebook qui lui est consacré…

    1. Bonjour Mélinda (si c’est bien votre prénom).
      Je viens de relire mon texte, je suis étonné toujours de relire des choses ainsi et de me dire ” ha oui quand même , c’est pas mal”lol…
      Vous pouvez partager mon texte, j’aimerai avoir votre facebook que je vois ce que vous écrivez aussi, si vous le voulez.
      Bonne journée à vous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *