Imparfaits, libres et heureux…chapitre vingt-deux.

(Les extraits que je donne proviennent du livre Imparfaits, libres et heureux de Christophe André. C’est un livre qui m’accompagne et qui accompagne surtout ma reconstruction… J’ai décidé d’en faire partager mes lecteurs parce que je pense que c’est un des meilleurs livres que j’ai lu pour se guérir de tout un tas de choses en rapport avec l’estime de soi ou la confiance en soi.) Les lignes en italiques sont mes propres écrits. Le reste est soit un résumé, soit des phrases tirés du livre.

Imparfaits, libre et heureux
Imparfaits, libre et heureux

La peur de l’indifférence et le désir de reconnaissance : exister dans le regard des autres :

Tout mais pas l’indifférence :

J’accepterai la douleur
D’accord aussi pour la peur
Je connais les conséquences
Et tant pis pour les pleurs

J’accepte quoiqu’il en coûte
Tout le pire du meilleur
Je prends les larmes et les doutes
Et risque tous les malheurs

Tout mais pas l’indifférence
Tout mais pas ce temps qui meurt
Et les jours qui se ressemblent
Sans saveur et sans couleur

Et j’apprendrai les souffrances
Et j’apprendrai les brûlures
Pour le miel d’une présence
Le souffle d’un murmure

J’apprendrai le froid des phrases
J’apprendrai le chaud des mots
Je jure de n’être plus sage
Je promets d’être sot

Tout mais pas l’indifférence
Tout mais pas ce temps qui meurt
Et les jours qui se ressemblent
Sans saveur et sans couleur

Je donnerai dix années pour un regard
Des châteaux, des palais pour un quai de gare
Un morceau d’aventure contre tous les conforts
Des tas de certitudes pour désirer encore

Échangerais années mortes pour un peu de vie
Chercherais clé de porte pour toute folie
Je prends tous les tickets pour tous les voyages
Aller n’importe où mais changer de paysage

Échanger ces heures absentes
Et tout repeindre en couleur
Toutes ces âmes qui mentent
Et qui sourient comme on pleure

Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une chanson de Jean Jacques Goldman. Pour ceux qui connaissent, méditez sur ces paroles. Elles résument bien ce que l’on est prêt à faire pour ne pas sombrer dans l’indifférence, pour ne pas se faire oublier des autres, ce que l’on craint, ce que l’on risque.

Le désir de reconnaissance.

La reconnaissance c’est  » Faire admettre la légitimité de quelqu’un ou de quelque chose (référence linternaute.com). C’est le fait d’être regardé par les autres comme un être humain à part entière. C’est différent du besoin d’amour ou d’approbation. Le besoin de reconnaissance le précède. La reconnaissance, c’est quelque chose qui peut être discret,

qui devrait même être naturel (à mon avis) à l’être humain social et sociable. Nous devrions tous faire attention à nos voisins, nos connaissances ou nos collègues (naturellement quand je dis faire attention, ce n’est pas créer et partager des ragots comme malheureusement le font des gens mal attentionnés. D’ailleurs c’est leur besoin de reconnaissance qui les poussent à faire ça mais c’est bien-sur un effet pervers de la chose). Je vous conseille d’ailleurs d’essayer. Vous devriez faire attention à ceux qui vous entourent, les examiner, apprendre à les connaitre, se souvenir de leur prénom, de leur nom, de l’age de leurs enfants (quitte à prendre des notes). Puis un peu tous les jours, vous les saluez en les appelant par leur prénom ou leur nom, vous engagez la conversation en (par exemple) demandant comment vont leurs enfants. Peu à peu, à combler LEUR besoin de reconnaissance, vous arriverez à combler le VOTRE car ils feront plus attention à vous.

Faut bien reconnaître que tout ceux qui ne vont pas biens dans leur vie, qui sont en dépression, qui ne se sentent pas heureux se sentent aussi « seuls ». Qu’ils soient ou non entourés, qu’ils connaissent ou non beaucoup de gens, ils ont (j’ai aussi…) l’impression que les autres ne les regardent pas vraiment, ne font pas attention à eux. Pourtant ce n’est pas forcément vrai, simplement il nous manque des réflexes, des habitudes d’analyses comme d’ailleurs pour la globalité d’un manque d’estime ou de confiance en soi…

Reconnaissances de conformité ou de distinction ? Deux manières d’augmenter son estime de soi en étant reconnu par les autres.

Il existe deux manières d’obtenir de la reconnaissance (et donc de l’estime de soi) : être comme les autres, c’est la reconnaissance par conformité ; s’en différencier, c’est la reconnaissance par distinction. Nous trouvons souvent la « reconnaissance par conformité » chez les personnes à faibles estimes de soi. Elles ont besoin de passer inaperçu alors elle se fondent dans la masse. Ainsi vont-elles utiliser la mode, les signes de reconnaissance communes aux autres, (être sur facebook, écouter les mêmes musiques que les autres, se maquiller non parce qu’elles en ont besoin mais parce que « c’est comme ça que ça se fait », essayer de se muscler pour éviter de passer pour un « minus »…) La recherche de reconnaissance par distinction, c’est plutôt réalisé par des gens ayant une forte estime de soi fragile. Elles ont l’impression ainsi de se distinguer des autres. Car elles ont besoin qu’on les distincte., elles ont besoin pour avoir l’impression d’exister de se faire remarquer.

Finalement, la vrai logique d’une bonne estime de soi, c’est de vivre selon ces propres envies, sa propre personnalité sans vouloir ressembler aux autres ou s’en distinguer absolument. Et bien sur c’est extrêmement dur à faire. Peu de gens dans le monde sont de vrais personnalités. Les chanteurs (ou chanteuses) font certes ce métier par passion et (pour la plupart) parce qu’ils ont du talent, mais ils recherchent à se distinguer des autres en provoquant. En ont-ils besoin ? Non bien évidement mais ils ont tellement peurs qu’on les oublie qu’ils pensent que c’est par ce moyen qu’ils y arriveront. Mais souvent ce sont des névrosés incapable de se passer ensuite de drogue, d’alcool et autre… et qui finissent par se suicider comme Amy Winehouse (bon pas tous bien sur mais vous les reconnaîtrez en regardant leurs clip…)  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *