Education des enfants.

Des enfants, ça s’éduquent, ça ne s’élèvent pas.

J’ai envie aujourd’hui d’aborder un thème un peu éloigné de la psychologie ou du développement personnel mais pas tant que ça en fait…

 

L’éducation des enfants implique – bien sûr – qu’on en ait. Pour en faire (non, non je ne vous ferai pas un dessin, je suis sûr que ça vous savez comme les faire … ;-) ) il faut déjà en avoir envie. Malheureusement, parfois, ils arrivent par « accident ».

On peut penser qu’ils n’arrivent jamais par hasard. Même victime d’un viol, une femme qui porte un enfant, si elle en a la force, pourrait faire de cet enfant une victoire sur ce viol en lui donnant tout l’amour que le geste lui même lui a enlevé au moment de cet acte ignoble…

Ce geste, aussi horrible qu’il soit, peut-être une épreuve qui pourrait donner, dans l’avenir de quelqu’un, un bonheur qu’il n’aurait peut-être pas eu si ça ne lui était pas arrivé…

Je sais, ça parait horrible ce que je dis et bien-sûr je ne suis pas en train de dire que c’est bien d’avoir du malheur, des agressions, je suis juste en train de dire que parfois il faut savoir prendre les évènements autrement que ce qu’ils paraissent être…

Bon je m’égare…

L’éducation d’un enfant.

Un enfant quand il naît ne sait rien, ne connait rien, découvre un monde totalement inconnu. Même sa mère il ne la connait que de l’intérieur. Certes, de sa mère il a les odeurs, le « feeling », l’instinct, un lien « maternel. Mais à part ça et à part déjà un bout de caractère, un bout de personnalité et quelques petites choses innées qui lui permettent quand même de trouver le sein de sa mère, un bébé ne sait rien faire.

C’est son entourage qui lui apprend. Ses parents, sa famille proche, les amis qui viennent, la télé et autre… puis naturellement sa propre intelligence et ses initiatives, sa capacité à imiter.

Mais les enfants font-ils vraiment comme les parents le veulent ? Non bien-sûr. Vous avez pu remarquer, vous qui avez des enfants qu’ils sont prêts à faire tout le contraire de ce que vous demandez si ça ne va pas dans leur sens…

Mais je pense que ça va même plus loin. Il vont faire les choses pour que ça aille dans leur sens selon leur caractère, leur personnalité, leur humeur du moment, leur demande de protection ou de sécurité, leur intelligence, leur capacité d’analyse, leur rapidité, leur réflexe…

Un exemple. Je connais quelqu’un (bon, allez j’avoue c’est moi lol ) qui avait besoin de se protéger des agressions extérieures. Naturellement, sur le moment il fallait bien que j’y passe, mais mon esprit a appris à ne pas souffrir trop longtemps et, pour ce faire, me faisait aller dans un « autre monde ». Non, non, je n’ai pas atterri sur Mars ou Vénus mais je me créais des histoires qui me faisaient passer ailleurs, dans mon esprit, et me protégeaient des conséquences des agressions (psychologiquement)

Par ailleurs, j’avais un esprit rebelle (un certain esprit…) qui me faisait ne pas obéir aux ordres que l’on me donnait. Naturellement pas ceux de mes parents mais surtout des gens extérieurs qui, je le savais, n’allaient pas me faire du mal.

Une troisième chose, c’est de n’en faire que le minimum pour à peu près satisfaire mon père (ça arrivait rarement), sans pour autant avoir l’impression que c’est lui qui gagnait.

Ces deux situations antagonistes ( car naturellement je me faisais quand même punir et mon père savait alors me « corriger ») paraissent plutôt illogiques .D’un côté, j’avais ces «agressions» qu’elles soient psychologiques ou physiques, de l’autre et malgré cette menace, je désobéissais… j’avais besoin de montrer ma «révolte».

L’antagonisme de l’esprit.

En fait, un enfant va acquérir non pas ce qu’il a besoin en surface ou ce qu’on va lui apprendre pour « son bien », mais ce qui va lui faire du bien inconsciemment et à long terme (durant toute son enfance et son adolescence).

Malheureusement, ses réflexes acquis durant cette période restent aussi lors de l’âge adulte. Et à moins d’avoir une très forte volonté, d’être très intelligent, d’avoir un esprit d’analyse parfait, l’adulte aura beaucoup de mal à vivre sa vie sans continuer à souffrir intérieurement. D’où les dépressions.

Aussi, lors de l’éducation d’un enfant, il faut faire attention naturellement à ne pas le faire souffrir psychologiquement, mais surtout être très à son écoute. Savoir décrypter ce qu’il dit mais aussi et surtout ce qu’il ne dit pas.

Bien-sûr ce que je dis convient à des parents « normaux » qui aiment leurs enfants, qui leur veulent réellement du bien. Pour ceux qui ont des enfants « parce qu’ils n’ont pas pu avoir de chien » pour parodier Coluche, je pense qu’il serait bon d’avoir une vraie remise en question de ce qu’ils sont, de pourquoi ils sont sur cette terre, pourquoi ils ont ce comportement. Je leur conseillerais la lecture de ce livre :

La prophétie des Andes

C’est un roman initiatique, de prime abord plutôt anodin, mais qui a une portée philosophique et psychologique assez impressionnante…

Une fois que l’on sait ce que l’on fait sur terre et que l’on a acquis la conviction d’avoir été dans l’erreur, il serait bon de lire et surtout d’étudier et d’appliquer ce qu’il y a dans ce livre là :

imparfaits, libres et heureux
imparfaits, libres et heureux

Je sais que mon blog est truffé de passage, d’article de ce livre mais croyez moi, dans la « vraie vie », je passe mon temps lorsque je rencontre des gens à en parler tellement je crois en ce livre là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *