J’ai essayé

 

Coeur

 

J’ai essayé de te dire que l’amour c’est autre chose qu’une simple histoire.

J’ai essayé de te dire que l’amour c’était beau, pour le partage, pour la tendresse, pour les moments d’amour physique .

J’ai pu comprendre ce que tu voulais mais c’était trop tard.

Alors la souffrance maintenant on la partage.

Partager l’amour et ne pas fuir…

c’est si beau d’aimer…

J’ai essayé…

La dépression : Penser et Agir, à quel moment devez-vous passer à l’action ?

Événement inter blogueur

Tout comme il y a eu l’événement au mois de juillet avec Olivier Roland et « à la croisée des blogs« , qui consistait à écrire un article sur trois livres qui ont changé notre vie, (je vous invite d’ailleurs à voir le résultat ici et à télécharger le livre qui en est résulté…) aujourd’hui nous est proposé par ce même site (à la croisée des blogs) mais avec la collaboration de « Penser et Agir » (de Mathieu) l’écriture d’un article sur le thème : Penser et Agir, à quel moment devez-vous passer à l’action ?
Évidemment, c’est plutôt un thème de développement personnel, donc c’est le genre de sujet où l’on va vous parler de réflexion, puis d’action tout de suite dans des domaines comme l’entreprenariat, le sport, les défis de toutes sortes… Seulement moi, j’ai un blog sur la psychologie.
Bien sûr pas sur la pure psychologie d’école… Mais sur mes propres expériences, mes défauts, mes lacunes, et toutes les fois où je ne vais tellement pas bien que je suis incapable de faire quoi que ce soit !!
Et là me direz vous, comment faire pour penser et agir quand on est bloqué ?  Reprenons depuis le début…

La dépression

Je dois vous parler de dépression. Qu’est-ce qu’une dépression ? « Les personnes atteintes sont tristes, n’ont plus goût à rien et se sentent sans valeur. Une dépression peut être déclenchée par un événement tragique (deuil) ou n’avoir aucune cause apparente. » (référence « L’approche Véniez« )
(C’est étrange… je pensais aussi faire des crises d’angoisse mais en cherchant la définition je constate que ce n’est pas du tout le cas.. .ouf me voilà soulagé !
Comme quoi on en apprend tous les jours n’est ce pas ? )
Bien… une fois la définition apprise, qu’est ce que l’on peut en dire de plus ? Rien allons nous coucher…
heu.. non pas du tout au boulot !! 😉
Donc quand j’ai une crise, ce qui m’arrive fréquemment, elle peut être soit déclenchée par.. rien, soit par tout un tas de raisons plus ou moins idiotes (enfin en apparence)…
Comme la définition le dit, elle peut être déclenchée par le deuil (chose quand même sérieuse) mais aussi par tout autre raison comme les finances, le boulot, les émotions, une rupture, une dispute, les amis… et parfois par rien du tout…
(moi c’est l’argent j’en ai marre d’en manquer tout le temps… une p’tite pièce s’il vous plait !! ;-), mais ça peut être une rupture amoureuse et ça aussi ça m’arrive… de temps en temps… )
Et là les symptômes sont, l’angoisse, l’anxiété, l’envie de ne rien faire, la dépréciation de soi même, parfois l’envie de mourir.
Quand on a un boulot salarié avec un programme bien défini, il est plutôt facile (enfin quoique) de faire son boulot, il suffit de suivre le programme… et même si on n’a moins d’entrain pour le faire, moins d’envie ou de désir, sous la pression, on le fera… ou si vraiment l’état est tel qu’on n’y arrive pas on se met en maladie…
Mais quand on bosse pour soi, on n’a pas de chef derrière nous à dire ce qu’on doit faire. Et quand bienmême on se donne un programme, il est tellement facile de ne pas le suivre puisque… il y a des trucs à la télé, les enfants ont besoin de nous, un jeu sur son ordi qui nous tend les bras… tout sauf bosser !!! non pas parce qu’on est une feignasse, mais parce que dans notre tête ça ne va pas (d’ailleurs en général la seule chose que l’on arrive à faire c’est rester couché devant la télé à zapper (ou pas) )
Autrement dit, on a tout le temps de penser mais alors agir !!! Ça c’est plus dur. Donc quelle est la solution ?

Agir oui, mais comment ?

La première bien-sûr c’est déjà d’avoir conscience d’être en dépression. Parce que figurez-vous, beaucoup de gens le sont sans le savoir (peut-être vous). En effet, pour la cacher, il suffit d’avoir une volonté extrêmement forte, des occupations qui vous empêchent de trop penser à autre chose qu’à celle-ci, le temps qui défile à une vitesse telle que vous avez l’impression de ne jamais avoir le temps de tout finir dans une journée.
Mais si vous arrêtez cinq minutes et que vous y réfléchissez, que se passe t-il ? N’y a t-il pas une espèce d’angoisse qui vous arrive ? Est ce que vous ne vous sentez pas vidés ? triste ? Sans trop savoir pourquoi ? Est ce que en vous posant la question « mais que fais-je sur terre ?  »  Il n’y a pas un vide qui s’installe en vous ? Une impression d’inutilité ? Non ? Tant mieux, apriori, tout va bien… mais si c’est le cas, alors cherchez plus loin… car vous pouvez vous dire que ce n’est que de la fatigue, une baisse de moral, mais croyez-moi, ça peut-être autre chose.
Et on peut cacher ça plusieurs années enfouit en soi mais un jour à l’occasion d’un événement plus ou moins grave (deuil, rupture, licenciement, retraite…), alors la chose sortira d’autant plus forte qu’on ne l’aura pas vue venir.
Une fois qu’on sera sûr que c’est une dépression, il faudra bien-sûr comprendre pourquoi on l’a, d’où peut-elle venir, est ce un problème dû à l’enfance ou à cause de sensations des dernières années (par exemple un boulot dans lequel on a l’impression de se plaire alors qu’en fin de compte au fond de soi il nous gonfle !!) Et ça, il n’y aura qu’un spécialiste pour vous le dire… ou plutôt vous le faire dire.
Psychologue, psychiatre, psychothérapeute… avec tout un tas de spécialisations… vous aurez le choix, ainsi que pour le prix bien sûr… je vous laisse juge mais le principal, c’est de bien sentir la personne qui vous aidera sinon c’est voué à l’échec.
Il ne faut pas hésiter à en changer si le praticien ne vous convient pas…
Je voudrais préciser quelque chose.
Quand je dis « ou plutôt à vous le faire dire », c’est qu’en fait le praticien n’est pas là pour faire le boulot à votre place. Certes il pourra vous y aider en mettant en place des exercices, en vous donnant quelques conseils, en vous posant des questions qui vous feront parler de tels ou tels sujets mais, – et c’est extrêmement important à comprendre – c’est vous même qui déclencherez le processus de guérison. Soit en parlant, soit en vous exerçant à pratiquer. 
Pour donner une anecdote, lors d’une thérapie qui consistait à parler à la psychologue que j’avais en face de moi, j’étais en train de raconter un passage de ma vie d’enfant. Je devais avoir 5 ans. Je ne vais pas vous raconter ce qu’il s’est passé car c’est trop personnel, cependant, c’est en racontant mon souvenir que je me suis aperçu de la gravité de celui-ci. Pourtant tout au long des années, j’avais déjà repensé à cette histoire mais sans en prendre pleinement conscience.

La prochaine étape, c’est VOUS et VOUS SEUL.

Lorsqu’on veut réparer une voiture, il faut faire un diagnostic, récupérer les pièces neuves, démonter les pièces cassées, remonter les neuves… et voilà, le boulot est fait ma p’tite dame, ça fera 2500€ siou plait !!
Mais quand il faut se réparer soi-même ? Ce n’est pas pareil, surtout quand c’est psychologique. Il n’y a pas de pièces neuves à remonter. Non là il faut tout recycler. Tout ça demande du travail, du temps, de l’énergie. Et lors d’une dépression, on manque souvent d’énergie et de volonté. Donc c’est un travail du quotidien !

Chaque jour, un pas de plus.

Tous les jours un peu plus, pour évoluer. Comme pour le développement personnel après tout. Mais avec des contraintes en plus. Il ne faut pas hésiter à lire des livres de motivations, de psychologie, faire du sport, de la méditation. 

Agir

C’est ce qu’il y a de plus dur. D’autant qu’autour de nous, souvent les gens ne comprennent pas ce qu’est une dépression. Quand on ne l’a pas vécu on ne sait pas à quel point c’est dur de se bouger, de se lever, de se débloquer. Les gens croient qu’on est juste des feignasses qui ne veulent rien faire, qui ne veulent pas bosser, ils ne s’aperçoivent pas que tout cela c’est dans la tête et que c’est là que le bas blesse : La tête c’est ce qui commande tout le reste.

Pour finir.  Le sujet c’est « Penser et Agir, à quel moment devez-vous passer à l’action ? » Comme dans tout, c’est maintenant que vous devez agir. La réflexion bien-sûr on en a besoin pour mettre en place, organiser, avoir des rendez-vous etc. Mais agir, c’est aujourd’hui. Il ne sert à rien de continuer à se poser des questions : « Dois-je le faire ? Est-ce bien ? Suis-je vraiment malade ? Que vont dire les autres ? » 

NON !!!! Agissez aujourd’hui, là à cette heure, maintenant pour commencer à agir pour soit aller mieux soit faire ce que vous avez à faire (construire un blog, créer une entreprise…). N’attendez pas le BON moment car il n’y en a pas, Le bon moment c’est maintenant.  Bien sur, dans le cas d’une dépression, souvent le bon moment, c’est lors d’une prise de conscience. Mais lors de celle-ci il n’y a pas à hésiter… 

Votre bonheur est à ce prix… 

Le tag de Vanille holmes sur insolence triomphante

Vanille Holmes du blog « insolence triomphante ».

J’ai décidé de faire un article du commentaire que j’ai fait sur l’article de Vanille Holmes de Insolence triomphante que j’ai découvert il y a peu.

C’est une blogueuse de talent que je vous invite à découvrir à votre tour… Voici donc 11 choses sur moi en réponse à son article :   Lol je ne savais pas ce que c’était qu’un tag… maintenant je sais (on en apprend à tout age n’est ce pas ??? )

Onze choses sur moi que vous pouvez apprendre.

1. J’ai 42 ans (oui je sais je ne les fais pas !!) (article écrit en 2012 ! )

2. Je suis comme toi je fais un blog pour gagner ma vie.

3. Même si je n’ai pas d’idole dans ma vie, j’apprécie aussi beaucoup Olivier Roland car c’est un exemple de réussite.

4. J’aime la psychologie car elle répond à toutes ces questions auxquelles on se pose souvent quand on a l’impression que rien ne va autour de soi et en soi… d’où mon blog qui je l’espère répondra à quelques questions de mes lecteurs aussi.

5. J’adore Jean Jacques Goldman. Mais j’adore aussi les Pink-Floyd, AC/DC, La traviata de Verdi…

6. J’ai deux enfants adorables, que j’aime de plus en plus et quand je les laisse à leur mère, ça me fait de plus en plus mal… des fois j’ai envie d’aller les enlever… lol (bon ça c’est quand ça va pas bien dans ma tête… ils ont aussi besoin de leur mère qui, après tout n’est pas si mauvaise… hi hi hi

7. Mon film préféré (enfin un des films…) c’est star-war, je les regarderais 1 millions de fois sans aucun problème…

8. J’aime aider les autres, j’aime donner des conseils, des solutions… mais bien sur ça marche rarement car je n’ai pas le titre « officiel » de « psychologue ». J’y travaille car j’ai (peut-être) l’intention de refaire des études pour devenir « praticien psychothérapeute ».

9. J’adore la mer, là je suis en vacance pas très loin et aujourd’hui( 18 aout 2012) on est sensé y aller… mais fait pas très beau…

10. Encore quelque chose sur moi ??? hum… je voudrais que vous, lecteur de Vanille, vous alliez sur mon blog, que vous vous inscriviez, que vous réagissiez aussi à mes articles (et en vous inscrivant vous aurez le droit à un beau cadeau bien sur !! )… Parce que je le vaux bien !!

11. Je suis quelqu’un toujours à la recherche de faire mieux, de guérir mes faiblesses et mes défauts, de toujours, autant que faire se peut, d’utiliser les valeurs que je prône parce que « la liberté des uns s’arrête là où la liberté des autres commence ». Voilà voilou !!

Bonne journée et bon courage à ceux qui bossent…

L’article de Vanille

La trahison

Quand l’amour s’arrête.

Il était une fois un homme et une femme qui s’aimaient. Certes ils avaient des points de divergence mais dans l’ensemble leur amour était véritable.

Elle était petite, intelligente, séduisante, fière d’elle même, maniaque, sérieuse, rieuse, de bons conseils (souvent)…

Lui était rêveur, travailleur, changeant, instable professionnellement, ayant un but, mais ayant toujours besoin qu’on l’aide, et toujours dans la merde…

Cela donnait un couple qui la plupart du temps s’entendait bien mais parfois il y avait des clashs. Puis de part et d’autre des incompréhensions. Elle ne comprenait pas qu’il puisse toujours rêver à vouloir faire des choses “impossibles”, “irréalistes”, à la limite de se faire “arnaquer”. Lui ne comprenait pas qu’elle ne puisse voir dans la société du “réussir” qu’un seul modèle : Le salariat.

Puis un jour, lui était tellement dans la merde qu’en cherchant un moyen de s’en sortir il se dit que demander de l’aide à ses amis et à sa chérie ne coûtait rien. Au pire un non et puis tant pis : il y aura bien d’autres solutions !!! Mais ça ne s’est pas passé comme ça !!!

Elle a décidé de le quitter, le jour de noël et de son anniversaire. Il a eu beau lui expliquer que ce n’était pas grave son refus, qu’il s’y attendait, que de toute façon il avait enfin pris sa décision qu’il allait construire sa stabilité mais qu’il avait besoin d’elle, parce qu’il allait passer par des épreuves difficiles, parce qu’il avait besoin d’elle,  parce qu’il l’aimait… Cela n’a rien changé. Elle l’a quitté pour de bon. Le laissant à la dérive, avec ses espoirs, ses rêves, sa solitude, lui qui l’aimait !!

N’est ce pas une belle trahison ??

Celle d’une femme qui disait aimer cet homme mais qui n’a pas eu la force d’attendre encore qu’il fasse son chemin et qu’il lui prouve qu’il avait raison… ou non mais que de toute façon et d’une manière ou d’une autre il allait devenir stable comme elle le désirait ardemment !!! Elle est partie, un jour qui normalement est le plus beau. Le jour de Noël…

Par pitié !! Si vous êtes en couple et que vous vous aimez, même si c’est dur parfois laissez à l’autre une chance de prouver qu’il a raison quand vous voyez qu’il (ou elle ) fait des efforts désespérés pour s’en sortir. Ne le laissez pas choir comme une merde, comme si l’égoïsme était la solution à tous les problèmes !!! Aimer est la chose la plus dure en soit car elle implique beaucoup de confiance, de patience, d’espoir, de disputes.

Mais aimer est la plus belle chose que l’on puisse rêver alors ne laissez pas passer cette chance là !!!!!!!!

Comment arrêter de fumer ?

31 mai : Journée Mondiale sans tabac : Comment arrêter de fumer ?

Que fait ce thème dans un blog sur les relations humaines ? Hé bien la cigarette est une raison des disputes ou prise de tête entre amis ou conjoint. Je ne fume pas. J’avais un ami qui avait l’habitude de fumer. Souvent je lui faisais la remarque qu’il pourrait me respecter en ne fumant pas en ma présence. Il me rétorquait que je pouvais aussi bien le respecter en le laissant fumer. C’est vrai. Je pense que les deux arguments se tiennent. Après tout le tabac est peut-être un vice mais c’est aussi une addiction. Et comme toute addiction, non seulement on y trouve du plaisir mais en plus il n’est pas facile d’arrêter. Or pourquoi on arrêterait d’avoir du plaisir pour que l’autre en face ait le plaisir de respirer dans un air (relativement) sain… Alors où est la vérité ? Hé bien je pense qu’elle est dans le respect de soi-même. En effet on le sait, fumer provoque tout un tas de maladie, fait tousser, laisse des odeurs désagréables. Même en habitant seul, on peut se rendre compte le matin combien on se sent mal, la bouche pâteuse, la maison pleine d’odeurs de tabac froid. Peu de fumeurs trouve ça agréable. Pourtant il existe des moyens pour arrêter de fumer ! 

Tabac: comment vous arrêter sans médicament et sans grossir

« Chaque année, 500.000 européens meurent parce qu’ils fument » Votre cœur bat chaque jour 10.000 fois plus que celui d’un non-fumeur. Arrêtez de fumer, et vous retrouverez énergie et santé.

Vous aimeriez arrêter de fumer, et vous avez bien raison.

Sans parler des problèmes cardiaques, sexuels et des cancers, regardons simplement lorsque vous fumez ce que vous inhalez:

Les produits cancérigènes... et les autres!

Beaucoup de ces produits sont cancérigènes. D’autres sont simplement toxiques.

Résultat?

  • Fatigue
  • Toux du matin
  • Manque de résistance
  • Impuissance/frigidité
  • Teint gris dû au rétrécissement des vaisseaux sanguins
  • Douleur dans le bras gauche
  • Rhumes et grippes plus fréquents
  • Enfants prématurés et allergiques, insuffisances respiratoires
  • Difficulté dans les sports d’endurance

Et comment se sentent ceux qui arrêtent de fumer?

« J’ai arrêté de fumer il y a 6 mois et je me sens depuis un homme différent » « Je me sens rajeunie depuis que j’ai cessé de fumer » « Je n’aurais jamais imaginé à quel point c’est génial d’être débarrassé du tabac » « Mes collègues et mes amies me disent que j’ai rajeuni de 10 ans » « Mes problèmes de santé ont disparu les uns après les autres »

Comme tous ceux qui témoignent, vous aussi vous pouvez devenir un NON-FUMEUR. Vous pouvez retrouver votre énergie, votre mémoire, votre vitalité. Il suffit que vous écoutiez chaque jour, 2 fois par jour minimum, un CD audio d’impressions subliminales. En quelques jours – généralement 5-6 jours – votre consommation de cigarette baissera. Puis vous vous surprendrez à ne plus avoir envie de fumer, tout simplement. Voilà… « Et si cela ne marche pas pour moi? » Pas de problème. Vous nous prévenez, vous vous engagez à détruire le programme, et on vous rembourse totalement. Pas de si, pas de mais, votre argent en retour, intégralement. Intéressante non ?? Alors n’hésitez plus essayez le…

un vieux sage

Un vieux sage.

 

Il était une fois un enfant qui se promenait au bord d’une rivière. De loin il vit un cerf. Mais il trouvait ce cerf curieux. En effet, nous étions en automne, il était 18 h et le soleil était bas sous l’horizon. Le cerf, lui, avait l’air d’être juste devant le soleil, majestueux, les bois sortant du cadre que représentait l’astre. De plus l’air autour de l’animal tremblait comme une onde de chaleur. L’enfant était subjugué par cette vision. Il n’avait jamais vu cela. On aurait dit une apparition magique.

Et le cerf qui ne bougeait pas !

Soudain il entendit un léger bruit, comme un suintement. Il tourna la tête et vit un vieillard prés de lui. Comme ces vieillards de conte de fées remplis de sagesse et de poésie.

-N’est ce pas beau mon petit ?

-Si monsieur répond le garçon d’un ton timide.

Après un instant l’enfant demande :

-Heu vous êtes qui ? Je ne vous ai jamais vu ici ?

-Ha ! Veux tu vraiment le savoir ?

– Ben oui monsieur.

-Je suis l’âme de ce cerf !

L’enfant se demandait si le vieux monsieur n’était pas un peu cinglé.

-L’âme du cerf monsieur ? Mais c’est impossible ! Les cerfs n’ont pas d’âme, et puis de tout façon pourquoi je la verrais ?

L’enfant se posait bien des questions mais il attendit. Après cinq minutes de silence, l’homme lui demande :

-Crois-tu que parce que tu ne connais pas quelque chose alors celle-ci n’existe pas ?

Après dix secondes de réflexion l’enfant répond :

-Je ne comprends pas…

-He bien il y a plein de choses que tu ne sais pas n’est ce pas ?

-heu… oui.

-Et est ce que le fait que tu ne les connaisses pas veux dire que ça n’existe pas ?

-Non…

L’enfant n’était pas sûr de tout comprendre…

-Mon garçon bien des mystères entourent la vie. Des gens naissent, vivent, meurent, Ils sont blessés, certains sont riches, d’autres, nombreux, sont pauvres.

-Pour les animaux c’est pareil. Mais eux ont quelque chose en plus : Ils ne vivent que pour vivre ! Ils n’ont pas à réfléchir, ils n’ont pas à inventer des choses compliquées pour pouvoir inventer leur vie. Ils ont juste à manger, faire leurs besoins, faire attention à leurs ennemis. Ils ont juste besoin de leur instinct pour vivre. C’est une forme d’intelligence mais ce n’est pas celle des Hommes.

-Ceux-ci ont besoin d’échafauder tout un tas de systèmes pour survivre. Inventer, réfléchir, construire, faire des plans… Les plus intelligents réussissent. Mais pas seulement  les plus intelligents. Ceux aussi qui savent s’améliorer, apprendre, écouter les autres, être humble, faire les choses quand il le faut.

-Quand un homme réussit sa vie, souvent celui-ci est fatigué. Heureux mais fatigué…

-Ainsi Dieu dans sa grande sagesse a décidé qu’avant qu’un homme ne revienne sur terre il passerait une vie dans le cœur d’un animal. Ainsi il pouvait se reposer tout en réfléchissant. Réfléchir à ce qu’il a fait de sa vie, comment il aurait pu l’améliorer, comment il aurait pu agir différemment. Puis à la fin de cette vie là, quand l’animal est près de mourir, il ressort de l’animal et va revoir Dieu pour pouvoir renaitre pour une nouvelle vie.

L’enfant n’en croyait pas ces oreilles !

-C’est une blague n’est ce pas ?

-Regarde le cerf là-bas. L’enfant tourne la tête vers l’animal.

-Oui qu’est ce qu’il a ?

-Doucement il meurt, tu vas le voir tomber.

En effet le cerf commença à s’affaisser doucement. Puis comme s’il s’allongeait pour dormir, il se coucha sans plus bouger. L’enfant tourna la tête mais le vieux n’était plus là. L’enfant réfléchit longuement. Avait il donc rêvé? Puis il prit le chemin du retour. Il devait rentrer manger. Il mis les mains dans ses poches et dans la droite y trouva un objet dur qu’il savait ne pas y être avant. Il le sortit et s’aperçut que c’était un bout de bois… d’un cerf

Fermez la porte à votre égo !!!

Fermez la porte à votre égo

Ego mal approprié.

 

On pourrait comprendre tant d’hommes et de femmes si l’on fermait la porte de son propre ego. Des rois ont fait la guerre juste par incompréhension, des empereurs ont voulu grandir par simple peur de ce que les autres pensaient. On ne comprend les autres que parce ce que l’on est nous même. Mais si nous même on s’oubliait en regardant les autres ? Si nous même nous regardions les autres sans a priori.

Un exemple :

Susan Boyle.

Vous souvenez vous avoir vu comment c’était passé sa première prestation. Si vous ne l’avez jamais vu je vous invite à aller sur youtube. C’est absolument flagrant :

Susan Boyle

Elle arrive sur scène. Tout le monde rigole.

En effet Susan Boyle est une femme grande, grosse, moche, mal habillée. Les juristes sont moqueurs, ont des sourires en coin, sont ironiques. Pourtant Susan fait comme si elle ne l’avait pas remarqué. Peut-être le trac fait son effet mais en tout cas je pense que pour elle, elle n’a rien a perdre. Alors elle se lance !! Et là surprise !! Une voix absolument magnifique, un coffre, une justesse ! Quand on pense qu’elle n’a dû chanter que dans sa salle de bain.

Notre ego, fermons lui la porte au profit de l’ego de l’autre…

Je ne serais jamais grand…

Questions d’enfants

 

Un fils dit à son père :

-Papa, comment faut faire pour être grand ?

-hé bien… faut juste attendre, grandir, mûrir comme une cerise?

-Ben une cerise ça ne grandit pas c’est tout petit !

-Oui mais ce n’était qu’une façon de parler. Je voulais dire qu’il  n’y a rien à faire de spécial qu’il fallait juste attendre pour être adulte… comme moi.

Le petit réfléchit un moment.

-Mais papa, est ce que tout le monde est vraiment grand ?

Le papa le regarda d’un air étonné :

-Je ne comprends pas ce que tu veux me dire.

-He bien quand je regarde la télé y a pleins de gens qui font pleins de bêtises comme des enfants alors je me dis que parfois les adultes en fait ce sont aussi des enfants !!