Live in the world…

Maltraitance d’enfants.

Aujourd’hui, j’ai vu une scène monstrueuse… un enfant se faire battre par son père. Pas juste une simple fessée, mais de vrais coups d’homme. Qu’avait fait ce gamin ? Je ne sais pas. Mais probablement une peccadille sans aucun rapport avec la correction. Le père était une grande baraque d’au moins 1m85, avec un ventre bien proéminent genre abdo Kronenbourg, mal rasé, avec un regard bovin, sans intelligence. Le garçon malheureusement avait le regard de son père… sans intelligence non plus mais semblait avoir tout de même une certaine douceur… celle de sa mère ?

Bien sur personne n’a bougé dans le hall de gare ou cela s’est passé… Il a fallut qu’un policier passant par là intervienne pour faire cesser le calvaire de ce pauvre gosse.

Bon, cette histoire est une fiction, je n’ai vu personne se faire battre, pas de lâcheté aujourd’hui dans mon environnement, (moi non plus d’ailleurs ;-) ), Pas d’enfant martyrisé..

Pourtant dans le monde, il y a tellement de cas comme ça qui arrivent, de toutes les couches de la société. Entre les gens qui battent les enfants, ceux qui s’en servent comme jouets sexuels, ceux qui les martyrisent psychologiquement.

Que deviennent ils après ?

Des enfants sans conscience, des enfants qui ne savent pas la différence entre le bien et le mal, des enfants qui vont rééditer  « l’exploit » des parents, des enfants qui vont développer des maladies psychologiques graves comme la perversion, la schizophrénie… puis qui vont tuer les autres avec la conviction que ce qu’ils vont faire est bien…

Et puis il y a ceux pour qui la vie parait normale, qui essayent d’avoir un boulot, une femme ou un homme, qui essayent de s’occuper de leurs enfants… et pourtant, ils n’arrivent pas à être heureux, ils ont tout le temps des problèmes, ils n’ont pas confiance en eux, pas d’estime d’eux-même, ils arrivent à en avoir peur de l’échec mais aussi peur de réussir s’ils veulent créer quelque chose (entreprise, voyage…)

Ils seront obligés (s’ils n’ont pas un caractère solide) de se prendre en main, de chercher de l’aide auprès d’un psy… tout un tas de temps perdu pour enfin de compte quoi ???

Parfois une réussite, mais trop souvent une vie gâchée, ratée.

Alors bien sur cet article n’est pas fait pour faire prendre conscience aux salopards qui font ça. Mais si vous pouviez comprendre parfois certaines personnes, pourquoi telle ou telle personne se trouve dans une position, un peu perdue, un peu mal… ce serait une bonne chose… pas question de faire faire le travail par quelqu’un d’autre mais simplement un peu plus d’encouragement, un peu plus de compassion…

 

N’hésitez pas à venir témoigner, commentez vous aussi 🙂

Education des enfants.

Des enfants, ça s’éduquent, ça ne s’élèvent pas.

J’ai envie aujourd’hui d’aborder un thème un peu éloigné de la psychologie ou du développement personnel mais pas tant que ça en fait…

 

L’éducation des enfants implique – bien sûr – qu’on en ait. Pour en faire (non, non je ne vous ferai pas un dessin, je suis sûr que ça vous savez comme les faire … ;-) ) il faut déjà en avoir envie. Malheureusement, parfois, ils arrivent par « accident ».

On peut penser qu’ils n’arrivent jamais par hasard. Même victime d’un viol, une femme qui porte un enfant, si elle en a la force, pourrait faire de cet enfant une victoire sur ce viol en lui donnant tout l’amour que le geste lui même lui a enlevé au moment de cet acte ignoble…

Ce geste, aussi horrible qu’il soit, peut-être une épreuve qui pourrait donner, dans l’avenir de quelqu’un, un bonheur qu’il n’aurait peut-être pas eu si ça ne lui était pas arrivé…

Je sais, ça parait horrible ce que je dis et bien-sûr je ne suis pas en train de dire que c’est bien d’avoir du malheur, des agressions, je suis juste en train de dire que parfois il faut savoir prendre les évènements autrement que ce qu’ils paraissent être…

Bon je m’égare…

L’éducation d’un enfant.

Un enfant quand il naît ne sait rien, ne connait rien, découvre un monde totalement inconnu. Même sa mère il ne la connait que de l’intérieur. Certes, de sa mère il a les odeurs, le « feeling », l’instinct, un lien « maternel. Mais à part ça et à part déjà un bout de caractère, un bout de personnalité et quelques petites choses innées qui lui permettent quand même de trouver le sein de sa mère, un bébé ne sait rien faire.

C’est son entourage qui lui apprend. Ses parents, sa famille proche, les amis qui viennent, la télé et autre… puis naturellement sa propre intelligence et ses initiatives, sa capacité à imiter.

Mais les enfants font-ils vraiment comme les parents le veulent ? Non bien-sûr. Vous avez pu remarquer, vous qui avez des enfants qu’ils sont prêts à faire tout le contraire de ce que vous demandez si ça ne va pas dans leur sens…

Mais je pense que ça va même plus loin. Il vont faire les choses pour que ça aille dans leur sens selon leur caractère, leur personnalité, leur humeur du moment, leur demande de protection ou de sécurité, leur intelligence, leur capacité d’analyse, leur rapidité, leur réflexe…

Un exemple. Je connais quelqu’un (bon, allez j’avoue c’est moi lol ) qui avait besoin de se protéger des agressions extérieures. Naturellement, sur le moment il fallait bien que j’y passe, mais mon esprit a appris à ne pas souffrir trop longtemps et, pour ce faire, me faisait aller dans un « autre monde ». Non, non, je n’ai pas atterri sur Mars ou Vénus mais je me créais des histoires qui me faisaient passer ailleurs, dans mon esprit, et me protégeaient des conséquences des agressions (psychologiquement)

Par ailleurs, j’avais un esprit rebelle (un certain esprit…) qui me faisait ne pas obéir aux ordres que l’on me donnait. Naturellement pas ceux de mes parents mais surtout des gens extérieurs qui, je le savais, n’allaient pas me faire du mal.

Une troisième chose, c’est de n’en faire que le minimum pour à peu près satisfaire mon père (ça arrivait rarement), sans pour autant avoir l’impression que c’est lui qui gagnait.

Ces deux situations antagonistes ( car naturellement je me faisais quand même punir et mon père savait alors me « corriger ») paraissent plutôt illogiques .D’un côté, j’avais ces «agressions» qu’elles soient psychologiques ou physiques, de l’autre et malgré cette menace, je désobéissais… j’avais besoin de montrer ma «révolte».

L’antagonisme de l’esprit.

En fait, un enfant va acquérir non pas ce qu’il a besoin en surface ou ce qu’on va lui apprendre pour « son bien », mais ce qui va lui faire du bien inconsciemment et à long terme (durant toute son enfance et son adolescence).

Malheureusement, ses réflexes acquis durant cette période restent aussi lors de l’âge adulte. Et à moins d’avoir une très forte volonté, d’être très intelligent, d’avoir un esprit d’analyse parfait, l’adulte aura beaucoup de mal à vivre sa vie sans continuer à souffrir intérieurement. D’où les dépressions.

Aussi, lors de l’éducation d’un enfant, il faut faire attention naturellement à ne pas le faire souffrir psychologiquement, mais surtout être très à son écoute. Savoir décrypter ce qu’il dit mais aussi et surtout ce qu’il ne dit pas.

Bien-sûr ce que je dis convient à des parents « normaux » qui aiment leurs enfants, qui leur veulent réellement du bien. Pour ceux qui ont des enfants « parce qu’ils n’ont pas pu avoir de chien » pour parodier Coluche, je pense qu’il serait bon d’avoir une vraie remise en question de ce qu’ils sont, de pourquoi ils sont sur cette terre, pourquoi ils ont ce comportement. Je leur conseillerais la lecture de ce livre :

La prophétie des Andes

C’est un roman initiatique, de prime abord plutôt anodin, mais qui a une portée philosophique et psychologique assez impressionnante…

Une fois que l’on sait ce que l’on fait sur terre et que l’on a acquis la conviction d’avoir été dans l’erreur, il serait bon de lire et surtout d’étudier et d’appliquer ce qu’il y a dans ce livre là :

imparfaits, libres et heureux
imparfaits, libres et heureux

Je sais que mon blog est truffé de passage, d’article de ce livre mais croyez moi, dans la « vraie vie », je passe mon temps lorsque je rencontre des gens à en parler tellement je crois en ce livre là…

Relation d’aide

La vidéo :

 

Cette vidéo est là pour vous présenter qui je suis et ce que je peux faire pour vous…

N’hésitez pas à me laisser des commentaires, me poser des questions, me faire des suggestions.
 

Dans la vidéo je parle de tarif… J’ai beaucoup d’activités parce que j’essaye de cumuler les activités qui me plaisent.

Tarif

Je ne demande « que » 25 € par entretien. C’est très peu par rapport aux pratiques qui se font habituellement. Mais comme je l’ai déjà dit souvent, mon désir est d’aider le plus de monde possible. Or on sait que ceux qui ont besoin d’être aidé sont aussi ceux qui ont le moins de moyen…

Quant aux modalités de paiement, ce sera par PAYPAL car c’est une plateforme sécurisée, que c’est facile à mettre en place. Nous verrons au moment voulu comment faire.

 

Article en lien avec celui-ci : Des solutions pour vous.

Les relations dans le couple qui se dégradent peuvent se guérir

Les relations dans le couple qui se dégradent peuvent se guérir.

Ha, l’amour, que c’est beau…

Au coin d’une table, je vois une femme. J’ai eu un choc en la voyant ! Mon coeur s’est mis à battre plus fort, mes yeux se sont illuminées, j’ai cette impression qu’autour de moi, l’air est plus léger, plus brillant aussi. Je la regarde, elle me regarde, j’ai l’impression qu’il se passe quelque chose… Je décide alors de me lever pour la rejoindre… Je ne sais pas pourquoi, une force mystérieuse me donne un coup de pied alors que d’habitude, je n’en suis pas capable… Je lui offre un verre, elle accepte… Je suis comme dans un rêve, je plane au dessus du monde, et elle m’accompagne. Nous faisons connaissance, nous parlons, toujours et encore, nous nous regardons et nous avons l’impression de nous comprendre facilement… Je dois y aller j’ai un rendez-vous… la réalité reprend le dessus difficilement mais la vie continue… la vraie vie… Je lui demande son numéro de téléphone, elle accepte… nous nous rappellerons pour continuer cette charmante conversation, banale au demeurant mais tellement… belle, irréelle… Je pars, en la regardant du coin de l’œil… elle me regarde partir… Je continue à planer mais la réalité reprend tout doucement le dessus. J’ai l’impression de quitter un rêve merveilleux et dont on n’a pas envie de sortir… …

10 ans plus tard…

– Vraiment tu me fais chi…, le jour où je t’ai rencontré, j’aurais mieux fait de me casser une jambe !!

L’amour brisé ?

Ce genre d’histoire, il s’en passe des millions dans le monde. Une belle rencontre où l’on a l’impression que tout semble simple, irréel, une aventure qui promet une vie heureuse. Puis quelques années plus tard, on se pose beaucoup de questions, les choses ne sont pas aussi simples, on se déchire, on a l’impression que l’amour s’est envolé…

Et pourtant… Vous avez changés avec le temps qui passe mais vous êtes toujours les mêmes. « Simplement », vous ne vous êtes pas aperçu que vous étiez différents, que le fonctionnement homme-femme n’était pas le même.

Vous n’avez pas appris que de vivre une relation, c’est comme toute chose, il y a des règles, des attitudes, du respect et que vos défauts, même s’ils sont naturels, peuvent être corrigés que ce soit individuellement ou en couple…

Est-ce trop tard docteur ?

Non, ce n’est pas trop tard. Vous adressez à moi, c’est avoir une solution pour sortir du mauvais chemin dans lequel vous passez.

Contactez-moi !!

 

[contact-form-7 id= »240″ title= »Formulaire de contact 1″]

Articles en lien avec celui-ci : Des solutions pour vous

: Relation d’aide

Des solutions pour VOUS.

Je me propose de vous aider. 

Comment ? En commençant avec vous une « relation d’aide ». 

Cela consiste en quoi ?

Cela consiste à prendre de mon temps pour parler mais surtout vous écouter. 

C’est aussi la possibilité de mettre en place des objectifs, un chemin de guérisondes méthodesdes lectures et parler et vous écouter encore

J’ai appris beaucoup en lisant. Mais j’ai appris encore plus en écoutant. Et j’ai aussi compris que parler à quelqu’un, c’est sortir et comprendre des idées, des faits, des rancœurs… dont on avait pas conscience. Ce n’est pas toujours vrai, ce n’est pas forcément tout de suite, mais ça peut-être important…

Dans tous les cas, il y aura une méthode par personne.

Nous ne sommes jamais complètement pareil. Il peut y avoir des points communs, mais notre chemin de vie, nos lectures, nos expériences, nos relations, nos rencontres font de nous des êtres uniques qui avons besoin de « soins » uniques…

Ce que je ne suis pas.

Je ne suis ni psychologue, ni psychiatre, ni psy… quelque chose. Je n’ai aucun diplôme…

Ce que je suis

Je suis quelqu’un avec une « grande » expérience de la vie, des difficultés psychologiques et des difficultés de toute sorte. Mais ça ne suffirait pas à vous aider bien entendu !

Je suis aussi quelqu’un qui réfléchit depuis longtemps à tous ces sujets.Je lis le plus possible des livres qui vont intégrer autant la psychologie, la spiritualité (mais pas n’importe laquelle), la sociologie. Je suis aussi quelqu’un qui observe beaucoup, qui pose des questions quand je ne comprends pas.

Bref, je disais plus haut que je n’ai pas de formation, mais en fait, je me suis formé à l’école de la vie et celle des livres… je suis bien conscient que ça peut faire peur à bien des personnes qui pensent que les diplômes donnent la clé du succès.

Pourtant par expérience, et si vous avez une certaine expérience de la vie, vous pouvez constater que ce ne sont pas les plus diplômés qui réussissent le mieux, qui sont forcément les plus compétents…

Je ne me sens pas meilleur que quelqu’un d’autre. Mais pas moins bon non plus.

Et il y a surtout quelque chose que j’ai et qui est très important :

Le désir sincère de vous venir en aide. 

Je ne peux pas rester indifférent quand je vois des amis, en couple, se séparer alors qu’il leur suffirait d’une aide pour qu’ils retrouvent le bonheur.

Je ne peux pas rester indifférent quand des amis qui me sont chers, qui ont (presque) tout pour être heureux se retrouvent en train de faire une dépression.

Je ne peux pas rester indifférent quand je vois des gens autour de moi qui ont peur, qui ne veulent pas ou ne peuvent pas aller jusqu’au bout de leurs rêves.

Je ne peux pas rester indifférent quand je vois les traumatismes engendrés par des prédateurs de toute sorte sur des êtres innocents qui ensuite vont devoir vivre avec ça toute leur vie, et faire subir, parfois, aux autres les conséquences de leur traumatisme…

En bref, Je pense sincèrement avoir tout ce qu’il faut pour vous aider…

Mais vous, avez-vous l’envie ou le besoin d’une aide ?

Article en lien avec celui-ci : Relation d’aide

Les relations dans le couple qui se dégradent peuvent se guérir.

Vivre ses rêves.

L’agenda.

Lorsque nous sommes jeune enfant nous voudrions tous vivre nos rêves d’enfants.

Mais en grandissant, ces rêves changent, s’amenuisent, s’oublient. Et c’est vraiment dommage…

Les rêves sont la locomotive de ceux qui veulent aller loin. Pour aller loin il faut sacrifier à ce que tous les hommes d’affaires, tous les hommes très occupés (ou les femmes bien sur !!!), tous ceux qui ont une vie très remplie et qui n’ont pas un instant à perdre, c’est : L’AGENDA

Dessus il faut mettre tout ce qu’on doit faire dans les jours, les mois, et mêmes les années suivantes.

Ce sont les OBJECTIFS. C’est une des choses les plus importantes à faire si l’on veut réussir. Mais il faut faire encore plus. Il faut les afficher ces objectifs. Il faut en parler autour de soi.

Quitte à se faire prendre pour un fou…

Tant pis !!!!

Ceux qui critiquent n’arriveront jamais loin mais si vous voulez arriver loin ne critiquez pas ceux qui veulent réussir.

Et si vous voulez réussir dites le. Mais il est vrai, si possible, à des gens qui sont positifs et qui sauront vous encourager. Mais ça peut être un défit que de le dire aux autres pour leur prouver un jour que oui!!! vous aller y arriver!!!!

Et rêver… ça s’apprend…

Les routes sont longues mais elles existent.

Cet article a déjà été publié le 28 août 2012… Il fait parti des articles que je réintègre peu-à-peu à mon blog après mes problèmes… J’ai pourtant décidé de réactualiser celui-ci car il me parait important. Il explique mes choix, mes pensées, mes promesses vis à vis de moi, mais aussi vis à vis de vous… 

Car sans vous je ne suis rien, mais avec mon aide, vous pourriez avoir l’opportunité de régler certains problèmes que vous avez dans votre vie psychologique, relationnelle, de couple et autre… 

Bien d’autres sites, blogs, produits virtuels vous promettent la même chose. Et parmi toutes ces solutions, il y en a de très bon. Mais en matière de psychologie, l’important est plus la façon dont vous allez sentir la personne/livre/produit(…) que le contenu ou la qualité (à condition quand même que celle-ci ne soit pas exécrable 😉 ). C’est pour ça que je suis là…

A vous de voir si vous avez envie de me suivre ou non…;-) 

Les raisons d’un choix.

Voici bientôt 1 an et 4 mois que ce blog existe. Si je l’ai créé, c’est avant tout parce que j’ai envie de vivre de celui-ci. Mais j’ai choisi le sujet d’une « certaine psychologie » ou bien « entre psychologie et développement personnel » parce que ça me permet de suivre une route longeant cette « voie » de guérison, celle dont j’ai besoin pour enfin vivre « à peu prêt » normalement.

Je ne vivrais jamais normalement en fait. D’abord parce que il n’y a une « normalité » qu’en fonction d’une époque, d’un lieu, des pensées des autres Hommes.

Mais aussi parce que je suis bien conscient que je ne pense pas comme la majorité des gens qui m’entourent.

Ceux-ci (et ce n’est pas une critique) ne pense qu’à une certaine stabilité avec un emploi CDI, une famille, un cadre social fixe. Et même si leur vie se brisent à cause des épreuves naturelles de l’existence, ils veulent la reconquérir avec les mêmes outils, les mêmes habitudes.

Une partie de mon intimité.

 

J’ai décidé (enfin ça se fait plutôt naturellement en fait) d’ évoluer un peu tous les jours consciemment, de ne pas me fixer dans un cadre confortable et limitant (comme un emploi salarié et CDI), de relever des défis (même si je n’y mets pas cette expression consciemment à tout ce qui se passe dans ma vie).

Et puis j’ai aussi décidé de suivre un chemin « spirituel » différent de bien d’autres Hommes. Quand la plupart ne veulent plus croire en rien j’ai décidé (enfin peut-être est-Il venu me chercher… ) d’avoir la foi. Bien entendu, je n’ai pas l’intention au travers de ce blog de m’étendre sur ce sujet tant je pense que la foi est quelque chose de personnel.

Mais quand même celle-ci fait parti de moi, guide un tant soi peu ma vie et donc parfois, certains de mes écrits peuvent être émaillés de petite touche d’une spiritualité non partagée par les autres…

Et en dehors de cette « foi », j’ai le désir d’une spiritualité plus large. Au fil de mes lectures, je découvre des choses qui me transforment, et que j’ai envie de partager tant je pense qu’elles peuvent vous transformer pour votre bien-être et transformer le monde aussi…

Prenez ce livre « La prophétie des Andes« .

C’est au départ un roman. Je ne sais pas vraiment pourquoi l’auteur l’a écrit, quel est l’inspiration qui l’a poussé à développer cette histoire. Il n’empêche qu’il a donner à des millions de personnes une vision du monde qui éclaircie nos vies, qui donne un nouvel espoir à ce monde agonisant sous les sabots des dinosaures qui nous gouvernent ou qui nous exploitent.

J’invite à travers ce modeste blog (et je compte bien à ce qu’il ne reste pas modeste trop longtemps 😉), à une nouvelle vision du monde, une nouvelle façon de vivre, réagir, communiquer… Je sais que je ne suis pas le seul à partager ces « visions » d’un monde nouveau. Je sais aussi que je ne suis pas le seul à vouloir être différent de la majorité silencieuse.

Non pas pour avoir notre « quart d’heure de célébrité » comme le disait Andy Warhol, mais dans le désir sincère de changer à notre petit niveau le monde tel qu’il tourne actuellement.

Des choix, des rêves, se changer pour changer le monde.

Et vous ? Voudriez-vous participer à ce mouvement ?

Quand j’ai démarré cet article, ce n’est pas du tout ce que je voulais écrire… Mais parfois les doigts ne suivent pas ce que dicte notre cerveau… lol.

Mais quand même, ce que je vis actuellement est extraordinaire, je sens que ça ne va pas durer et que je vais retrouver des chemins difficiles, mais je découvre des gens intéressants, je suis mes intuitions, je fais confiance aux nombreuses coïncidences qui parsèment ma route.

Je retrouve aussi des gens que j’avais écarté de ma vie. Je retrouve le goût de vivre, de recréer des objectifs concrets, non plus pour fuir et détruire mais pour enfin construire ma vie. Cela ne dure jamais, les félicités un jour s’arrêtent mais comme dit le proverbe, « après la pluie vient le beau temps« … le tout est de laisser la pluie tombée sans nous laisser submerger par la morosité, la déprime, de lâcher prise au bon moment et de reprendre les choses en main avant de se laisser emporter par nos difficultés.

Apprendre, apprendre encore, comprendre et faire…

(La suite naturelle de cet article se trouve ICI… Mais elle vous intéressera si vous même ou un proche avez besoin d’aide… à vous de voir)

 

La volonté

La volonté

Vouloir est un verbe traître

On VEUT tous :

On veut gagner plein d’argent, on veut être heureux, on veut tomber sur la femme parfaite, on veut être parfait…

Mais a t-on la volonté de faire tout ça ?

Plutôt a t’on la volonté de mettre en place les actions qu’il faut pour obtenir ce que l’on veut ?

Car ce soir il y a un match à la télé….

– ha mince ce soir nous étions invité à une réunion d’information pour un truc…. Jean nous a dit qu’on pouvait gagner de l’argent…. Ouais mais y a le match !!!

Çà sera pour une autre fois !!!!

– Ho je devais voir un client ce soir…

Ho oui mais il y a ma copine qui vient….

– Il fait beau aujourd’hui allons nous promener.

hum… j’ai du travail…. ho et puis on fera ça demain…

La volonté….

C’est justement faire les choses qui nous prennent la tête sur le moment parce qu’il y a toujours mieux à faire mais si on ne fait pas notre travail notre avenir se trouve plus compliqué…

Et lorsque nous sommes salarié rien de compliqué. On a un chef qui nous « dicte » ce que l’on doit faire et dans quel temps (la plupart des fois pour avant hier !!!) donc on a pas à réfléchir plus loin. On doit le faire sinon on a des remarques, ou bien on se fait virer… Mais avec une entreprise ou une activité à soi… il faut la volonté de ne pas se faire bouffer par ce qui nous entoure…

Et ça s’apprend !

Vous n’aurez pas de bonne nouvelle année !!

happy new year

Je ne vous ai pas encore souhaité vos voeux… mais je ne m’en veux pas !! ;-)  

C’est une tradition, chaque début d’année, on se souhaite « bonne année, bonne santé ».

A quoi ça sert ?

Comme beaucoup de choses, ce n’est devenu qu’une formule de politesse, une façon de commencer une conversation mais qu’en fin de compte peu de personnes prennent au sérieux.

De toute façon, dans 99 % des cas l’année qui arrive sera de la même qualité que l’année écoulée. Et pour 0.5 %, vous allez avoir des accidents, des maladies, divorcer, perdre votre boulot, mourir… et j’en passe.

Et les 0.5% qui reste alors ???

Ceux-ci auront des choses positives. Et même en apparence alors que vous serez peut-être tombé malade ou que aurez eu un accident, ce sera quelque chose de positif à l’image de ce qu’écrit ce blogueur que j’ai découvert hier. C’est provocant, hors des sentiers battus mais tellement vrai quelque part…

Mais surtout ceux qui auront quelque chose de positif auront fait un choix.

Le choix de changer quelque chose dans leur vie.

Je ne parle pas d’une « résolution » de fin d’année, quand on a bu une moitié de bouteille de whisky et qu’on aura oublié deux jours plus tard. Je parle d’une vraie décision, d’un vrai choix.

Alors quel choix allez vous faire et tenir ? Si vous passez par ici, c’est peut-être que vous n’allez pas bien et que vous recherchez du soutien. Et si je peux vous inciter à aller voir un psy, si ce n’est pas déjà le cas c’est formidable. Croyez moi, aller voir un psy n’est pas une honte, ça fait partie du travail que l’on doit faire sur soi pour changer et aller mieux. Je ne vais pas rentrer dans les détails, lisez ou relisez cet articlecelui-ci, et puis peut-être celui-là pour vous montrer ce que je pense des psys et du changement.

Mais si vous avez en plus besoin d’un soutien, mes articles sont là, je suis là alors n’hésitez pas à rentrer en contact avec ma fiche de contact.

Mais si vous ne passez que par hasard et que tout va bien ? Dites moi ce que vous avez décidé de changer dans votre vie.

Vous désirez gagner plus d’argent ? Etre plus heureux ? Etre mieux en famille ? Avec vos enfants ? Changer de travail ? Créer son entreprise ?

Dites le moi dans les commentaires !

Car après tout, je suis sûr que je peux aussi vous aider.

Dans tous les cas, ce n’est que par une décision que vous y arriverez.

Mais aussi quand même par de l’action. Naturellement.

Si vous désirez gagner un petit peu d’argent, ou plus, ou changer de métier, ou créer votre entreprise, je vais vous faire la liste de ce que je fais et qui marche. Parfois ce n’est que de l’argent de poche (mais c’est toujours bon à prendre) et parfois c’est la construction d’une véritable entreprise à laquelle je vous invite. A vous de choisir, vous pouvez même tout prendre à condition bien sûr qu’après avoir pris la décision… vous agissiez !!

Pour les ambitieux : 

Je vous propose de l’affiliation.

L’affiliation, c’est le fait de toucher une commission sur des produits que vous aurez promotionné d’une façon ou d’une autre (Blogs, sites, mails, réseaux sociaux…)

Pour ce type de produits, ça demande du travail. Bien évidemment. Car il faut créer un blog, ou un site, ou/et des lettres de promotions bien faites, ou/et des textes pour vos réseaux sociaux préférés.

Mais en récompense de ce travail fournit, vous pourrez toucher entre 5 et 80% de commission selon le type de produit. Et même jusqu’à 100% dans certaines conditions.

Cliquez sur les bannières (ça ne mord pas !) et visitez les sites, renseignez-vous et prenez une décision… Oui ou non… hé hé

 

 

bannière Christian h godefroy2

 

 

 

 

Cette dernière bannière vous sera utile si vous voulez mettre de la pub sur votre blog ou votre site.

bidvertiser

 

Bien entendu, si vous avez besoin d’un conseil, d’un renseignement, de vous former, ou tout autre chose, n’hésitez pas à demander, je suis  !! 

Pour les petits joueurs ;-) (j’en fais partie…)

Ensuite, il y a les mails rémunérés. 

En quoi ça consiste ? Une fois inscrit sur les sites que je vous propose, vous recevrez, à raison d’un à 5 mails par jour selon les sites et les jours, des mails de publicités. Vous les ouvrez et vous recevrez quelques centimes.

Mais ce n’est pas tout ! Dans certains mails on vous demandera de renseigner des formulaires, de répondre à des sondages etc… faites le et vos commissions seront plus fortes encore.

Mais ce n’est pas tout ! Si vous avez l’habitude d’acheter sur le net, ces sites proposent du « cash-back ». C’est à dire un petit pourcentage de votre achat remboursé sur votre compte.

Ne vous attendez pas à des fortunes certes mais un peu d’agent de poche vite gagné ne fait pas de mal. Ça peut prendre entre (avec les trois sites ci-dessous) 10 secondes et 30 mn par jour selon ce que vous aurez à faire…

 

 

moneymillionaire

 

 

milimel

 

 

 

 

Pour les GROS joueurs !!

 

La, ce sont de véritable jeux. Le premier, my lands, est le premier dans sa catégorie à reverser de l’argent en vrai. D’ailleurs je vous ai mis en encart la somme qui, à ce jour, a été reversé aux joueurs. Pareil, ce sera peut-être plus le goût du jeu qui vous animera que l’appât du gain mais encore une fois, de l’argent de poche…

 

 

my land

 

myland 2

Avec ce dernier jeu vous ne gagnez pas d’argent mais des cadeaux. Mais ça peut-être intéressant. Le plus petit des cadeaux proposé est une nitendo 3DS. Le plus gros est une porsche… Je vous laisse seul juge de l’appât que ça représente lol, à ma connaissance personne ne l’a gagné ;-)

Mais j’aime bien ce jeu… je ne sais pas pourquoi…

 

coin-pusher

 

Bon… et parce que je ne suis pas un goujat !!!

 

bonne-annee-2013

Le suicide 3. Ai-je sauvé quelqu’un ? (Dernière partie)

Le suicide

Donc ce 23 décembre, après avoir un peu discuté par msn, j’ai décidé de l’appeler.

ours

Le mot désespéré est à prendre au premier degré dans ces cas là. Ce qu’il y a de « bien » dans cette situation, c’est que j’ai vécu ces moments là, j’ai eu aussi cet état d’esprit et j’ai aussi eu envie de mourir. De ce fait on sait ce qu’on peut dire mais surtout ce qu’il ne sert à rien de dire.

Donc j’ai déjà commencé par la faire parler. De ces peurs, de ces raisons, de ce qui lui passait par la tête. Elle n’avait pas très envie de parler… et moi non plus. En fait le jour là, j’étais en pleine crise d’angoisse lié à des petits problèmes comme on peut tous en avoir. J’ai donc dû faire un effort sur moi-même pour ne pas laisser tarir la discussion.

Ensuite, je lui ai donné mon opinion sur le suicide. Pour moi chacun est libre de faire de sa vie ce qu’il en veut… Et donc de mourir si ça lui parait le mieux. Mais avait elle pensé à son enfant ? Bien-sûr la réponse qui a fusé et que j’attendais, était qu’il serait mieux sans elle. C’est toujours ça que l’on pense. La famille, les amis, les enfants seront tellement mieux sans nous !

Mais il va souffrir ? Oui bien sûr mais il souffrira moins sans moi…

Enfin bref, toute cette discussion n’a pas pour but de lui faire prendre conscience d’ambler que son geste ne serait pas le bon. Ce genre de discussion permet de distiller dans son esprit de petits « doutes », de petites « prises de conscience » pour plus tard…

J’ai donc alterné écoute et « conseils ». Toujours dans le but que ça serve pour plus tard. Inutile ne menacer la personne que vous avez en face de vous (ou au téléphone), inutile de lui prodiguer des conseils en pensant que ça va la faire réagir. Si elle réagit d’ailleurs, il y a deux cas de figures :

  • Soit elle n’est pas prête du tout à faire ce geste et en fait elle n’avait besoin que de parler. 
  • Soit elle vous dit : »Oui tu as raison, il ne faut pas que je le fasse » et ça c’est suspect, car ça pourrait vouloir dire qu’en fait, elle veut couper court à toute discussion prolongée pour… passer à l’acte…

Ce n’est pas toujours facile de distinguer l’avenir dans les paroles de l’autre… Heureusement je n’ai pas eu ce choix là… Nous avons continué à parler ainsi pendant plus d’une heure et demi. Je ne peux naturellement pas me remémorer de tous les détails. J’ai essayé de la faire réagir, lui donner un « electro-choc », la faire réfléchir mais toujours pour l’avenir pas pour le présent.

Je sais dans quel état d’esprit nous sommes quand nous sommes au plus bas de notre moral. Nous ne pensons plus qu’à cette douleur, pernicieuse, qui se passe dans le ventre comme si notre conscience se trouvait là ! Nous en avons marre de tout, marre de souffrir, marre de nous battre, marre d’avoir l’impression que tout ce que l’on fait est un échec, marre d’avoir l’impression que les gens autour de nous, que nous aimons, eux, se fichent de nous… Ou que nous leur faisons perdre du temps…

En plus est lié à ça toute une flopée d’émotions, les problèmes au quotidien : l’argent qui manque, le boulot qui ne nous plait pas ou que l’on a plus, les factures qui s’accumulent, les enfants que l’on a dû mal à gérer… Tous problèmes concrets mais dont on augmente l ’importance.

Une chose aussi que je lui ai demandé : comme voulait-elle se suicider ?

Elle m’a dit en voiture. Je lui ai dit qu’en voiture elle avait toute les chances de s’en sortir… tétraplégique. Autrement dit, elle aurait toute sa conscience et plus de corps pour faire quoique ce soit… Je lui ai d’ailleurs un peu décrit tout ce qui pouvait arriver avec certaines façon de se suicider… à la place de mourir…

Moi qui suis chrétien (mais pas elle),  je sais qu’il est délicat dans ce cas là de parler de Dieu. Pourtant je lui ai aussi expliqué que parfois, Dieu pour donner un message pouvait passer par des chemins quelques peu tortueux… et donc en effet la laisser vivante mais paralysée et libre de la faire réfléchir à son geste mais surtout au pourquoi elle voulait mourir.

Bref. Ai-je sauver quelqu’un ? Je n’en sais rien. Après ce coup de fil, j’ai téléphoné à un de ces numéros genre SOS suicide… pour demander conseils. Le monsieur que j’ai eu au bout du fil m’a fait décrire tout ce que j’avais pu dire ou faire. Il m’a signaler qu’il n’aurait pas mieux dit ni fait. J’avais donc à priori bien réagit.

Ai-je sauver quelqu’un ? En tous les cas, cette personne est toujours en vie, mal certes mais avec quelques idées noire en moins pour l’instant. Je lui ai dit qu’elle pouvait appeler quand elle voulait ce qu’elle fait… et moi aussi bien-sûr. Car il ne s’agit pas de s’occuper une fois d’une personne dépressif puis de laisser tomber. Au mieux il faut prendre de ces nouvelles tous les 3-4 jours, au pire, l’inciter à avoir un autre interlocuteur, qu’elle aille voir un psy si ce n’est pas déjà fait, qu’elle reste le moins possible seule.

Puis au final, si jamais elle fait le geste fatal. N’en soyez pas culpabilisé !! Ce ne sera pas votre faute. Ce sera sa seule décision. Et même si vous n’aviez rien fait, même si vous n’avez pas eu le temps, pas eu l’envie, que vous aviez d’autres chats à fouetter… Nous sommes tous pris par notre propre vie. A moins bien-sûr que vous soyez affublé d’un égoïsme démesuré et auquel cas, j’espère que ça pourra vous faire réfléchir, dans tous les autres cas, vous n’êtes coupable de rien…

«Le suicide !
Mais c’est la force de ceux qui n’en ont plus,
c’est l’espoir de ceux qui ne croient plus,
c’est le sublime courage des vaincus.»
[ Guy de Maupassant ]

Se suicider constitue la pire des ingratitudes.
Se suicider, c’est se reconnaître incapable d’assumer le cadeau de la vie.
[Bernard Werber]

A vous de choisir…