$wpsc_last_post_update = 1506804090; //Added by WP-Cache Manager $wpsc_last_post_update = 1506804090; //Added by WP-Cache Manager La dépression : Penser et Agir, à quel moment devez-vous passer à l’action ? - Les relations humaines positivesLes relations humaines positives

La dépression : Penser et Agir, à quel moment devez-vous passer à l’action ?

Événement inter blogueur

Tout comme il y a eu l’événement au mois de juillet avec Olivier Roland et « à la croisée des blogs« , qui consistait à écrire un article sur trois livres qui ont changé notre vie, (je vous invite d’ailleurs à voir le résultat ici et à télécharger le livre qui en est résulté…) aujourd’hui nous est proposé par ce même site (à la croisée des blogs) mais avec la collaboration de « Penser et Agir » (de Mathieu) l’écriture d’un article sur le thème : Penser et Agir, à quel moment devez-vous passer à l’action ?
Évidemment, c’est plutôt un thème de développement personnel, donc c’est le genre de sujet où l’on va vous parler de réflexion, puis d’action tout de suite dans des domaines comme l’entreprenariat, le sport, les défis de toutes sortes… Seulement moi, j’ai un blog sur la psychologie.
Bien sûr pas sur la pure psychologie d’école… Mais sur mes propres expériences, mes défauts, mes lacunes, et toutes les fois où je ne vais tellement pas bien que je suis incapable de faire quoi que ce soit !!
Et là me direz vous, comment faire pour penser et agir quand on est bloqué ?  Reprenons depuis le début…

La dépression

Je dois vous parler de dépression. Qu’est-ce qu’une dépression ? « Les personnes atteintes sont tristes, n’ont plus goût à rien et se sentent sans valeur. Une dépression peut être déclenchée par un événement tragique (deuil) ou n’avoir aucune cause apparente. » (référence « L’approche Véniez« )
(C’est étrange… je pensais aussi faire des crises d’angoisse mais en cherchant la définition je constate que ce n’est pas du tout le cas.. .ouf me voilà soulagé !
Comme quoi on en apprend tous les jours n’est ce pas ? )
Bien… une fois la définition apprise, qu’est ce que l’on peut en dire de plus ? Rien allons nous coucher…
heu.. non pas du tout au boulot !! 😉
Donc quand j’ai une crise, ce qui m’arrive fréquemment, elle peut être soit déclenchée par.. rien, soit par tout un tas de raisons plus ou moins idiotes (enfin en apparence)…
Comme la définition le dit, elle peut être déclenchée par le deuil (chose quand même sérieuse) mais aussi par tout autre raison comme les finances, le boulot, les émotions, une rupture, une dispute, les amis… et parfois par rien du tout…
(moi c’est l’argent j’en ai marre d’en manquer tout le temps… une p’tite pièce s’il vous plait !! ;-), mais ça peut être une rupture amoureuse et ça aussi ça m’arrive… de temps en temps… )
Et là les symptômes sont, l’angoisse, l’anxiété, l’envie de ne rien faire, la dépréciation de soi même, parfois l’envie de mourir.
Quand on a un boulot salarié avec un programme bien défini, il est plutôt facile (enfin quoique) de faire son boulot, il suffit de suivre le programme… et même si on n’a moins d’entrain pour le faire, moins d’envie ou de désir, sous la pression, on le fera… ou si vraiment l’état est tel qu’on n’y arrive pas on se met en maladie…
Mais quand on bosse pour soi, on n’a pas de chef derrière nous à dire ce qu’on doit faire. Et quand bienmême on se donne un programme, il est tellement facile de ne pas le suivre puisque… il y a des trucs à la télé, les enfants ont besoin de nous, un jeu sur son ordi qui nous tend les bras… tout sauf bosser !!! non pas parce qu’on est une feignasse, mais parce que dans notre tête ça ne va pas (d’ailleurs en général la seule chose que l’on arrive à faire c’est rester couché devant la télé à zapper (ou pas) )
Autrement dit, on a tout le temps de penser mais alors agir !!! Ça c’est plus dur. Donc quelle est la solution ?

Agir oui, mais comment ?

La première bien-sûr c’est déjà d’avoir conscience d’être en dépression. Parce que figurez-vous, beaucoup de gens le sont sans le savoir (peut-être vous). En effet, pour la cacher, il suffit d’avoir une volonté extrêmement forte, des occupations qui vous empêchent de trop penser à autre chose qu’à celle-ci, le temps qui défile à une vitesse telle que vous avez l’impression de ne jamais avoir le temps de tout finir dans une journée.
Mais si vous arrêtez cinq minutes et que vous y réfléchissez, que se passe t-il ? N’y a t-il pas une espèce d’angoisse qui vous arrive ? Est ce que vous ne vous sentez pas vidés ? triste ? Sans trop savoir pourquoi ? Est ce que en vous posant la question « mais que fais-je sur terre ?  »  Il n’y a pas un vide qui s’installe en vous ? Une impression d’inutilité ? Non ? Tant mieux, apriori, tout va bien… mais si c’est le cas, alors cherchez plus loin… car vous pouvez vous dire que ce n’est que de la fatigue, une baisse de moral, mais croyez-moi, ça peut-être autre chose.
Et on peut cacher ça plusieurs années enfouit en soi mais un jour à l’occasion d’un événement plus ou moins grave (deuil, rupture, licenciement, retraite…), alors la chose sortira d’autant plus forte qu’on ne l’aura pas vue venir.
Une fois qu’on sera sûr que c’est une dépression, il faudra bien-sûr comprendre pourquoi on l’a, d’où peut-elle venir, est ce un problème dû à l’enfance ou à cause de sensations des dernières années (par exemple un boulot dans lequel on a l’impression de se plaire alors qu’en fin de compte au fond de soi il nous gonfle !!) Et ça, il n’y aura qu’un spécialiste pour vous le dire… ou plutôt vous le faire dire.
Psychologue, psychiatre, psychothérapeute… avec tout un tas de spécialisations… vous aurez le choix, ainsi que pour le prix bien sûr… je vous laisse juge mais le principal, c’est de bien sentir la personne qui vous aidera sinon c’est voué à l’échec.
Il ne faut pas hésiter à en changer si le praticien ne vous convient pas…
Je voudrais préciser quelque chose.
Quand je dis « ou plutôt à vous le faire dire », c’est qu’en fait le praticien n’est pas là pour faire le boulot à votre place. Certes il pourra vous y aider en mettant en place des exercices, en vous donnant quelques conseils, en vous posant des questions qui vous feront parler de tels ou tels sujets mais, – et c’est extrêmement important à comprendre – c’est vous même qui déclencherez le processus de guérison. Soit en parlant, soit en vous exerçant à pratiquer. 
Pour donner une anecdote, lors d’une thérapie qui consistait à parler à la psychologue que j’avais en face de moi, j’étais en train de raconter un passage de ma vie d’enfant. Je devais avoir 5 ans. Je ne vais pas vous raconter ce qu’il s’est passé car c’est trop personnel, cependant, c’est en racontant mon souvenir que je me suis aperçu de la gravité de celui-ci. Pourtant tout au long des années, j’avais déjà repensé à cette histoire mais sans en prendre pleinement conscience.

La prochaine étape, c’est VOUS et VOUS SEUL.

Lorsqu’on veut réparer une voiture, il faut faire un diagnostic, récupérer les pièces neuves, démonter les pièces cassées, remonter les neuves… et voilà, le boulot est fait ma p’tite dame, ça fera 2500€ siou plait !!
Mais quand il faut se réparer soi-même ? Ce n’est pas pareil, surtout quand c’est psychologique. Il n’y a pas de pièces neuves à remonter. Non là il faut tout recycler. Tout ça demande du travail, du temps, de l’énergie. Et lors d’une dépression, on manque souvent d’énergie et de volonté. Donc c’est un travail du quotidien !

Chaque jour, un pas de plus.

Tous les jours un peu plus, pour évoluer. Comme pour le développement personnel après tout. Mais avec des contraintes en plus. Il ne faut pas hésiter à lire des livres de motivations, de psychologie, faire du sport, de la méditation. 

Agir

C’est ce qu’il y a de plus dur. D’autant qu’autour de nous, souvent les gens ne comprennent pas ce qu’est une dépression. Quand on ne l’a pas vécu on ne sait pas à quel point c’est dur de se bouger, de se lever, de se débloquer. Les gens croient qu’on est juste des feignasses qui ne veulent rien faire, qui ne veulent pas bosser, ils ne s’aperçoivent pas que tout cela c’est dans la tête et que c’est là que le bas blesse : La tête c’est ce qui commande tout le reste.

Pour finir.  Le sujet c’est « Penser et Agir, à quel moment devez-vous passer à l’action ? » Comme dans tout, c’est maintenant que vous devez agir. La réflexion bien-sûr on en a besoin pour mettre en place, organiser, avoir des rendez-vous etc. Mais agir, c’est aujourd’hui. Il ne sert à rien de continuer à se poser des questions : « Dois-je le faire ? Est-ce bien ? Suis-je vraiment malade ? Que vont dire les autres ? » 

NON !!!! Agissez aujourd’hui, là à cette heure, maintenant pour commencer à agir pour soit aller mieux soit faire ce que vous avez à faire (construire un blog, créer une entreprise…). N’attendez pas le BON moment car il n’y en a pas, Le bon moment c’est maintenant.  Bien sur, dans le cas d’une dépression, souvent le bon moment, c’est lors d’une prise de conscience. Mais lors de celle-ci il n’y a pas à hésiter… 

Votre bonheur est à ce prix… 

Vous êtes venu ici ? super.
Mais comme je voudrais améliorer mon blog et mes services, j'aimerais en savoir plus sur vous.
Auriez-vous la gentillesse de répondre à ce petit questionnaire ?
Ça ne vous demandera que deux minutes !!

Merci

Sondage

N'hésitez pas à vous inscrire !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aide

WordPress theme: Kippis 1.15